Prison de Beau-Bassin : à la demande de l’ONU, 12 Congolais bientôt libérés

 

L’Attorney General, Maneesh Gobin a indiqué que le ministère de la Justice a engagé des procédures en vue de la libération des 12 ressortissants congolais détenus à la prison de Beau-Bassin, cela a la demande de Nations Unies.

 

En effet, la détention de ces ressortissants congolais a fait l’objet d’une rencontre entre Maneesh Gobin et Daniel Castanheira, Associate Protection Officer, et Agnieszka Chahid, Refugee Status Determination Officer du haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés pour la région Afrique australe, en présence de Christine Umotoni, Resident Cordinator des systèmes des Nations Unies. La visite de ces deux représentants avait pour but de passer en revue le cas des 12 détenus de République démocratique du Congo (RDC), qui sont actuellement en prison. Ils se sont également entretenus avec des officiels du bureau du Premier ministre, du bureau des passeports et de l’immigration, et du ministère des Affaires étrangères. Les 12 prisonniers ne seront pas rapatriés dans leur pays.

 

À noter que le haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés a engagé des discussions avec Caritas Île Maurice en vue d’accueillir les ressortissants congolais en attendant que leurs demandes d’asile soient traitées par les Nations Unies. Maurice n’a pas coutume d’accepter des demandes d’asile, mais les Congolais seront néanmoins autorisés à résider dans notre pays jusqu’à ce qu’ils trouvent un pays d’accueil. Les détenus, à savoir Hervé Bosalo Bosette (26 ans), Fiston Masamba (25 ans), Tadimanoja Helene Omba (23 ans), Francis Balengola Emeli (25 ans), Gedeon Nzema (21 ans), Abdoul Camara (22 ans), Ndosi Sarah Nzema (23 ans), Julie Nzema (19 ans), Christel Bahaha Selemani (27 ans), Nerline Mputi Ndata (31 ans), Bijou Omakoyi (28 ans) et Murphy Kitenge Luamba (27 ans) – ont été arrêtés, entre octobre 2016 et mars 2018.

 

  • Published in General

Reconstitution : Vedanand Seetul avoue avoir étranglé sa femme avec un câble

 

Vedanand Seetul, 46 ans, a participé à une reconstitution des faits, mercredi 12 décembre. C’est avec un câble d’antenne qu’il dit avoir commis son crime. Ainsi, l’enquête sur le meurtre de Madhuri Seetul, 25 ans, commis le dimanche 25 novembre dernier à Lallmatie, est sur le point d’être bouclée.

 

Le suspect est derrière les barreaux depuis plus de deux semaines. Il a donné sa version des faits en présence de son homme de loi, Me Vikash Teeluckdharry. Il est revenu sur cette nuit fatidique où tout a basculé. Il a expliqué aux enquêteurs qu’il rencontrait des problèmes conjugaux avec sa jeune épouse Madhuri. Il soutient que ce soir-là, une dispute a éclaté après qu’il ait pris quelques verres d’alcool. Il poursuit qu’il a essuyé un refus de son épouse lorsqu’il lui a demandé de venir se mettre au lit. Il a aussi indiqué aux policiers où ils se tenaient respectivement au moment des faits. Il a ainsi giflé son épouse qui se tenait sur les escaliers dans la maison.

 

Madhuri s’est effondrée et Vedanand Seetul affirme qu’il a pris un câble de la télévision pour l’étrangler avant de la quitter sur place. Il dit que ce n’est que le lendemain qu’il dit avoir constaté que son épouse ne respirait plus. Il avoue avoir jeté le câble à l’arrière de la maison et qu’il s’est ensuite rendu à la station de police. Lors de la reconstitution des faits, il a conduit les policiers à l’arrière de sa maison sur un terrain boisé où le câble avait été jeté. Le suspect était accompagné de son avocat. Une fois l’exercice achevé, il a été reconduit en cellule policière. Vedanand Seetul fait face à une charge provisoire de meurtre.

 

Pour rappel, c’est le lundi 26 novembre que le corps sans vie de Madhuri Seetul a été retrouvé dans la maison qu’ils louaient à la rue Tagore, Lallmatie. L’autopsie a conclu une mort par strangulation.

 

  • Published in General

Réforme électorale : Ivan Collendavelloo considère que le débats ont permis de démasquer les hypocrites

 

Le Premier ministre adjoint, Ivan Collendavelloo, qui participait jeudi matin 13 décembre, à un atelier de travail sur le Smart Grid Roadmap for Mauritius à l’hôtel Le Méridien, a déclaré que les débats sur le projet de réforme électorale à l’Assemblée nationale ont permis de démasquer les hypocrites.

 

Tout en répondant à des questions de la presse, Ivan Collendavelloo a profité pour fustiger le PMSD. Il affirme cependant que l'heure est désormais au travail pour essayer de trouver un consensus sur le projet de réforme électorale. Il soutient qu’il y a eu des désaccords et cela même en interne, mais qu’on doit travailler dans l’intérêt du pays. Il avance qu’on ne peut pas inventer une majorité, mais ceux qui font des discours sur l’unité nationale sème la zizanie. Il dit que la population a tout vu à la télévision. Elle a vu qui veut une bagarre raciale dans le pays. Commentant la motion de blâme déposée contre lui par le leader de l'opposition sur le projet de turbine à gaz, Ivan Collendavelloo dit attendre de pied ferme le retour de Xavier-Luc Duval au pays pour lui donner la réplique.

 

Le leader du Muvman Liberater affirme que le PMSD ne veut pas du gaz naturel, mais du charbon. Il dit connaître les raisons, mais qu’il les donnera plus tard. Il soutient que c’est triste que le leader de l’opposition ait déposé cette motion de blâme et qu'il soit parti à l’étranger. Il avance qu’on veut se concentrer sur l’énergie solaire pour que chaque maison ait son 'solar panel' et puisse produire de l’électricité pour l’usage domestique.

  • Published in Politics

Post-inondations à Cottage : une enveloppe de Rs 10 millions allouée au conseil de district de Rivière-du-Rempart…

 

Après les dégâts causés dans les régions du Nord de l’île, notamment à Cottage, où des maisons ont été inondées et les drains obstrués, le gouvernement a décaissé la somme de Rs 10 millions et l’a allouée au Conseil de district de Rivière-du-Rempart.

 

Prembhoodas Ellayah, président du conseil de district, explique que l’argent servira ainsi à la réfection des drains et à la réparation des routes. Il a déclaré que les travaux commenceront la semaine prochaine. Les drains ainsi que les routes abîmées seront reconstruites.

 

Par ailleurs, l’ancien Premier ministre, Navin Ramgoolam a déploré le sort des habitants du Cottage après les inondations qui ont frappé ce village situé dans le district de Rivière-du-Rempart, lundi 10 décembre. Il a déclaré qu’on constate aujourd’hui où la vengeance politique nous a amené. Il soutient qu’un budget de Rs 1 milliard devrait être alloué à la National Development Unit (NDU) en 2014. Il dit que le travail qui aurait dû être fait, ne l’a pas été et, voilà les résultats. Il affirme que ce sont les habitants de Cottage qui en ont fait les frais. Navin Ramgoolam répondait aux questions de la presse, jeudi 13 décembre, à sa sortie de la Cour intermédiaire où il a comparu dans le cadre de son procès dans l'affaire Roches-Noires.

 

 

 

  • Published in General

Non-respect du MARS : Quinze anciens employés servent une mise en demeure à AML

 

Depuis mardi 11 décembre, quinze anciens employés d’Airports of Mauritius Co. Ltd (AML) ont servi, une mise en demeure à leur employeur pour non-respect du Mutually Agreed Retirement Scheme (MARS). Ils soulignent qu’AML ne leur a pas communiqué sa décision concernant leurs demandes.

 

Les quinze anciens employés avancent qu’ils ont été dans le flou entourant le plan de retraite dont ils étaient éligibles. Ils contestent que leur employeur n’ait pas considéré leurs demandes pour un plan de retraite. Dans leur mise en demeure servie à Airports of Mauritius Co. Ltd (AML), les anciens employés de l’organisme disent qu’ils sont éligibles pour ce plan de retraite communément appelé le Mutually Agreed Retirement Scheme (MARS), étant des employés avec plus de 30 ans de service. Ils avancent que, le 20 septembre 2017, suite à des réunions organisées à la Commission for Conciliation and Mediation, l’Airports of Mauritius Limited Employees Union et l’AML sont parvenues à un ‘collective agreement’. Les plaignants déclarent que MARS était ouverte pour une période de six mois à compter de la date de mise en vigueur de l’accord.

 

C’est ainsi que le mercredi 13 décembre 2017, une circulaire émanant du Chief Executive Officer d’AML fait état que la date butoir pour soumettre les demandes pour le plan de retraite était le 30 mars 2018. La circulaire rassure également les employés d’AML à propos de son engagement de mettre en œuvre le plan MARS conformément aux règlements sous le ‘collective agreement’. Les plaignants maintiennent qu’ils ont tous respecté le délai pour envoyer leurs demandes pour le plan de retraite. D’autre part, les plaignants avancent qu’ils ont appris que 14 demandes ont déjà été confirmées par AML. Ils ajoutent que ces 14 demandes avaient été approuvées par AML avant l’expiration du délai de six mois, soit en novembre 2017.

 

Les anciens employés d’AML maintiennent qu’ils ont été dans le flou concernant leurs demandes pour ce plan de retraite, et qu’AML ne leur a pas communiqué sa décision à propos de ces requêtes, ce qui constituerait un abus de procédures. Ils déclarent que, vu que 14 demandes ont été déjà approuvées, ils avaient l’espoir que leurs requêtes seraient également ratifiées. Ils sont d’avis qu’AML a mal agi pour n’avoir pas considéré leurs demandes. Et que ce serait ‘unrewarding, frustrating and discriminating’ s’ils ne sont pas permis de prendre leur retraite sous MARS, car ils comptent de nombreuses années de service au sein d’AML. Les plaignants sont représentés par Me Kaviraj Bokhoree.

 

  • Published in General

Affaire Roches-Noires : Kalindi Banji avoue avoir subi trop de pressions

 

Kalindi Banji, qui était affectée au Prime Minister’s Office (PMO), en 2015, a témoigné dans le cadre d’une enquête portant sur l’affaire Roches-Noires, en cour intermédiaire, jeudi 13 décembre. Cependant, l’ancienne Permanant Secretary de Navin Ramgoolam a eu du mal à contenir ses larmes, lors de l’interrogatoire, mené par Me Mohana Naidoo.

 

D’après des renseignements, Kalindi Banji avait dû mal à répondre aux questions depuis le début du procès. Gavin Glover, Senior Counsel, est même intervenu pour demander que l’interrogatoire ne soit pas mené de manière hostile. C’est lorsqu’elle a été appelée à fournir des détails sur une déclaration qu’elle avait faite en 2015, notamment par rapport à une demande de Navin Ramgoolam de faire l’acquisition d’un téléphone, que l’ex-PS a craqué. Il a déclaré qu’elle a subi trop de pressions des enquêteurs du Central Criminal Investigation Department. Les magistrats Raj Seebaluck et Razia Janoo-Jaunbocus ont dû suspendre la séance pendant quelques minutes.

  • Published in General

SGG Mauritius : Sridhar Nagarajan est le nouveau Managing Director

 

Sridhar Nagarajan, ancien Chief Executive Officer (CEO) de la MauBank, dont le non-renouvellement de son contrat avait suscité la polémique, en août dernier, a été nommé Managing Director de SGG Mauritius, anciennement CIM Global Business.

 

Sridhar Nagarajan succède à Graham Sheward, qui a occupé le poste de CEO de SGG Mauritius durant les quatre dernières années. Le nouveau Managing Director de SGG Mauritius devrait prendre son poste à partir du 18 janvier 2019. Il aura pour mission de mener à bien la stratégie de développement du groupe SGG à Maurice et en Afrique. Il répondra directement à Christian Van Houtven, le Chief Operating Officer du groupe SGG. La direction de SGG Mauritius a d’ailleurs fait ressortir que Sridhar Nagarajan rejoint SGG après avoir mené une transformation réussie de la MauBank dont il a été le CEO. Outre son expérience à la tête de la MauBank, Sridhar Nagarajan compte plus de 18 ans d’expérience dans le secteur financier à l’étranger comme à Maurice. Il a, à titre d’exemple, été le CEO de la Standard Chartered Bank à Maurice.

 

Christiaan Van Houtven a souligné que Sridhar Nagarajan jouera un rôle clé dans l’évolution de SGG Mauritius à mesure qu’on développe les opérations à Maurice et en Afrique. D’ajouter que le groupe SGG est très engagé dans ses opérations à Maurice et que l’ex-patron de la MauBank est le candidat idéal pour mener leurs opérations locales à un autre niveau. Pour sa part, Paul Leech, président du conseil d’administration de SGG Mauritius, se dit confiant que SGG Mauritius a recruté un CEO qui aura la capacité d’appliquer l’ambitieuse stratégie régionale du groupe. Quant au principal concerné, il se dit ravi de rejoindre SGG et de faire partie d’un plan d’expansion aussi important. Il avance que SGG a connu une croissance rapide durant les deux dernières années et se trouve aujourd’hui être la quatrième plus grande firme de service d’investissement dans le monde.

  • Published in General

Reaz Chuttoo dénonce les conditions de travail des employés étrangers à Maurice

 

Reaz Chuttoo, porte-parole de la Confédération des Travailleurs du secteur privé (CTSP), a une nouvelle fois dénoncé les conditions de travail des employés étrangers à Maurice. C’était, lors de sa conférence de presse, jeudi 13 décembre. Il soutient que certains ont une allocation de Rs 900 pour la nourriture alors que sur leurs fiches de paie, le montant est de Rs 2 500. Le syndicaliste a poursuivi en affirmant que bientôt un système de ‘smart card’ sera mis sur pied pour surveiller le déplacement des travailleurs étrangers.

 

Le porte-parole du CTSP affirme qu’on ne prend aucune sanction contre ceux qui travaillent au noir, mais contre ceux qui sont en train de faire leur travail correctement. Il est aussi revenu sur l’instauration du salaire minimum. Selon lui, il a fallu un long combat pour arriver à ce résultat. Il n’a pas manqué de rappeler l’épisode de la grève de la faim qu’il avait entamé en compagnie des femmes cleaners qui touchaient Rs 1 500. Cependant, il dit que même avec la loi sur le salaire minimum, il y a des employeurs qui trichent encore en ajustant le bonus pour payer les travailleurs.

 

De son côté, Jane Ragoo a fait savoir que le combat pour le droit des salariés d’Airmate se poursuivra tant qu’ils n’auront pas intégré Air Mauritius. Elle a encore une fois rappelé que les lois régissant les conditions du travail ne protègent pas assez les travailleurs. Par la syndicaliste a aussi lancé une invitation pour le ‘Migrants Day’ que la CTSP organisera le 18 décembre prochain. Un représentant du ministère du Travail sera aussi présent.

  • Published in General

Air Mauritius disposée à présenter le miel rodriguais sur ses vols internationaux

 

Lors d’une cérémonie de remise d’équipements aux apiculteurs de l’île, le commissaire de l’agriculture Richard Payandee a annoncé une nouvelle, qui devrait booster davantage ce secteur. Il a indiqué que la compagnie d’aviation nationale est disposée à présenter le miel rodriguais sur ses vols internationaux.

 

Richard Payandee a déclaré que pour atteindre cet objectif, il faut la collaboration et la volonté de chaque apiculteur. Il soutient qu’on est prêts à les encadrer et à renforcer leurs capacités. Il dit que si on veut que notre miel soit présent sur les vols d’Air Mauritius, il est impératif de produire plus. D’ajouter que la commission donne les équipements adéquats, mais c’est aux apiculteurs de produire. Dans la foulée, il a annoncé qu’un projet pilote démarrera bientôt en plaçant des ruches dans la ‘Réserve de Grande-Montagne’. Il a poursuivi en disant qu’évoluant au milieu des plantes endémiques, les abeilles devraient produire un miel typiquement rodriguais. La commission de l’agriculture envisage aussi de mettre des terrains agricoles à la disposition des apiculteurs.

 

À propos de la remise d’équipements aux apiculteurs, elle s’insère dans le cadre du projet ‘International Centre for Insects Physiology and Ecology (ICIPE)’, dont le quartier général est basé au Kenya. Le projet ICIPE, qui est financé conjointement par l’IFAD (International Fund for Agricultural Development) et la commission de l’agriculture, a également permis aux officiers spécialisés en apiculture de même qu’aux apiculteurs de bénéficier d’une formation.

 

  • Published in General

PSAC : Des 15 892 écoliers ayant pris part aux examens, 11 949 ont atteint le niveau 1 dans les ‘core subjects’

 

Des écoles ZEP ont réalisé une très bonne performance aux derniers examens du Primary School Achievement Certificate(PSAC). En effet, des 15 892 écoliers ayant pris part aux examens, 11 949, soit 75,19 %, ont atteint le niveau 1 dans les ‘core subjects’. C’est ce qu’a annoncé le Mauritius Examinations Syndicate (MES), mercredi 12 décembre, lors d’une conférence de presse.

 

Ainsi, le MES affiche la satisfaction devant les bons résultats obtenus par les écoles ZEP. Notamment l’école St Thérèse de l’enfant Jésus RCA, où 80,56 % des élèves ont atteint le niveau requis. Tandis qu’à l’école du gouvernement de Barclay, 78,67 % des écoliers ont obtenu le niveau 1. À Rodrigues, le taux de réussite est de 74 %, contre 69,26 % en 2017. Le MES note, par ailleurs, une nette progression en anglais (80,29 %), en mathématiques (80,42 %) et en français (82,12 %). Au niveau du ‘school based assessment’, les résultats sont également satisfaisants. Le MES fait ressortir que 57,82 % des élèves ont été déclarés ‘proficient in ICT skills’, 45,72 % sont ‘proficient’ en communication skills et 47,42 % ‘proficient’ en français.

 

À noter que l’examen de rattrapage dans une matière se tiendra, le vendredi 21 décembre. Ils sont au moins, 1 108 candidats qui y sont éligibles. Le programme de rattrapage établi par le ministère de l’Éducation s’étale du jeudi 13 au jeudi 20 décembre dans les écoles primaires. Les résultats seront connus, le vendredi 28 décembre. Quant à ceux souhaitant que la copie de leurs enfants soit revue, ils peuvent se manifester au MES dès ce jeudi, jusqu’au mercredi 19 décembre. C’est d’ailleurs à cette date que l’inscription dans les collèges se fera. En ce qui concerne des élèves n’ayant pas obtenu le niveau requis, le MES déclare qu’ils seront admis en ‘extended stream’.

 

  • Published in General
Subscribe to this RSS feed

Mauritius

Banner 468 x 60 px