Affaire BAI : L’ordre de gel des comptes bancaires de Kerima Rawat levé

 

La cour a ordonné le dégel, qui pesait sur les comptes bancaires de Kerima Rawat. L’aînée des trois filles de Dawood Rawat, patron du défunt groupe British American Investment (BAI) Mauritius, pourra désormais accéder à son argent à la State Bank (Mauritius) Ltd.

 

Il faut dire que c’est un revers pour la Financial Intelligence Unit (FIU) depuis que la juge Gaytree Jugessur-Manna a accédé, à une requête formulée par Kerima Rawat, fille aînée de Dawood Rawat, patron du défunt groupe British American Investment (BAI) Mauritius. La juge a levé l’ordre de gel qui pèse sur les comptes bancaires de Kerima Rawat et ceux de ses deux enfants mineurs, en dépit de l’objection de la FIU. La juge a souligné que plus de trois ans se sont écoulés depuis que l’ordre de gel (restraining order) a été émis, le 18 avril 2015. La juge dit noter qu’à ce jour, Kerima Rawat n’a pas été inculpée d’un quelconque délit.

 

  • Published in General

Visite officielle du président Xi Jinping à Maurice : Une délégation de 300 personnes attendue

 

Une forte mobilisation des Passport Officers de l’immigration au lounge de l’aéroport est prévue avec l’arrivée d’une délégation de 300 personnes accompagnant le président de la République populaire de Chine, Xi Jinping, du vendredi 27 au dimanche 29 juillet. En effet, cela donnerait du fil à retordre aux officiers des services de l’immigration.

 

À noter que le nombre de personnes, qui accompagnent le président Xi Jinping, suffit à remplir un avion. De ce fait, l’officier de l’immigration, basé au VIP Lounge, ne pourra pas tout gérer. Un cadre, basé au bureau du Premier ministre a confié qu’un protocole sera mis en place afin de mobiliser le maximum d’officiers pour procéder aux vérifications et tamponner les passeports des membres de la délégation. D’après des renseignements glanés, des officiers, basés au Passport and Imigration Office de Port-Louis, seront également dépêchés au VIP Lounge de Plaisance pour prêter main forte à leurs confrères. Ils seront une dizaine.

 

L’Assistant surintendant Narendrakumar Boodhram, responsable du PIO, confirme la forte mobilisation des officiers de l’immigration au salon d’honneur de l’aéroport à l’arrivée et au départ de la délégation chinoise, prévue pour la semaine prochaine.

 

  • Published in General

Contrefaçon des billets de banque : Deux expertes à Maurice pour animer des sessions de formation à l’intention de banquiers …

 

Une campagne de sensibilisation a été mise sur pied avec l’arrivée de deux expertes de la prestigieuse firme De la Rue Plc. Kerre Corbin, Counterfeit Analyst et Deborah Smith, Regional Manager, déléguées par cette institution, ont pour mission de former ceux qui palpent des coupures à longueur de journée. À noter que la Banque de Maurice a fait appel à eux pour contrer ceux qui utilisent de faux billets.

 

Pour rappel, en février 2018, de faux billets à valeur de Rs 2 000 sont en circulation. Certains commerces annoncent que les billets de cette valeur ne seront plus acceptés jusqu’à nouvel ordre. Est-ce parce que les fabricants de billets contrefaits ont perfectionné leurs techniques ? À Maurice, ce n’est pas forcément le cas. Il s’agit avant tout d’établir tous les aspects sécuritaires de nos billets pour éviter que les faux ne rentrent dans le circuit. Ainsi, pendant deux jours, Kerre Corbin et Deborah Smith, déléguées par De La Rue Plc, premier imprimeur de billets de banque dans le monde, ont animé des sessions de formation à l’intention de banquiers et d’autres prestataires de service sur la contrefaçon de billets.

 

On soutient que le billet de Rs 2 000 comporte 10 signes pour certifier son authenticité. Sur la face recto, il y a un hologramme qui réunit les images du dodo et la valeur du billet en chiffres. En bas, se trouvent des textes en miniature sur les deux faces. Sous lumière ultraviolette, les chiffres correspondants à la valeur du billet deviennent visibles. Le principe est le même pour les autres coupures. Dans un bref entretien, au siège de la Banque de Maurice, mercredi, Kerre Corbin a expliqué que le niveau de contrefaçon varie d’un pays à l’autre. Les contrefacteurs sont curieux. Certains veulent imprimer un billet pour se payer une pizza et d’autres, plus organisés, mettent toutes les chances de leurs côtés pour se faire de l’argent à partir du faux.

 

Kerre Corbin ajoute que les petites économies sont, dans une certaine mesure, plus à risque. Un pays ayant le dollar comme principale devise est submergé de billets contrefaits de bonne qualité. Lorsque le public ne peut plus différencier le vrai du faux, la panique s’installe et les billets ne sont plus acceptés. Elle fait ressortir qu’il existe toujours le potentiel que de faux billets représentent une menace pour une économie. À Maurice, le risque est minime, mais le potentiel est là. Quand cette situation se matérialise, la Banque centrale compte sur les éléments de sécurité dans les billets de banque et conscientise le public à ce sujet. Elle avance c’est ce qu’elle et sa collègue sont en train de faire, depuis mercredi 18 juillet. Elle dit qu’on conscientise les utilisateurs de billets de banque pour qu’ils soient en confiance quand ils acceptent des billets. Ceci étant dit, notons que la contrefaçon date de la nuit des temps. Elle représentera toujours une menace. Il suffit d’être bien préparé.

 

  • Published in General

Navin Ramgoolam estime que le Parlement est devenu une mascarade

 

Suite à la suspension du député et président du Mouvement Patriotique (MP), Alan Ganoo, le leader du Parti travailliste (PTr), Navin Ramgoolam a, jeudi 19 juillet, déclaré à la presse que le Parlement est devenu une mascarade. L’ancien Premier ministre commentait, l’expulsion et la suspension du député Alan Ganoo.

 

À noter que Navin Ramgoolam s'est adressé à la presse à l'issue de sa comparution devant la cour intermédiaire dans le cadre de son procès dans l'affaire Roches-Noires. Il est aussi revenu sur le dossier du trafic de drogue dans le pays. Il a donné la réplique au ministre mentor, sir Anerood Jugnauth, qui affirme que le trafic de drogue avait pris de l’ampleur sous l’ancien gouvernement. Il dit que le ministre Mentor est en train de déraper. Il faut faire ressortir qu’un peu plus tôt, le leader des rouges s'était entretenu avec le président du Mouvement patriotique, Alan Ganoo, pendant plus de dix minutes. Cette scène n'est pas passée inaperçue dans l'enceinte de la cour intermédiaire.

 

Aquaculture : la Sea Users Association affirme que les réponses de Koonjoo sont évasives, incorrectes et contradictoires

 

Réagissant à la Private Notice Question, du vendredi 29 juin, sur l’aquaculture, à laquelle a tenté de répondre le ministre de la Pêche, Prem Koonjoo, la Sea Users Association, dans une tribune envoyée à la presse, depuis mercredi 18 juillet, est sans concession. Elle soutient que Prem Koonjoo a passé plus de temps à plaisanter et tenter d’esquiver les questions qu’à y répondre. Lorsqu’il a finalement daigné répondre, ses réponses étaient souvent évasives, incorrectes et contradictoires.

 

La Sea Users Association dit retenir un manque de maîtrise du sujet, de transparence et une volonté d’ignorer ce qui est aujourd’hui évident : l’élevage de poissons en mer attire beaucoup de requins. Après avoir dressé les lacunes de la réponse du ministre, notamment au sujet de Growfish, l’association explique pourquoi l’aquaculture est en contradiction avec la politique de la pêche. On avance que Monsieur le ministre de la Pêche n’est cependant pas sans savoir que le manque de poissons dans la mer est la conséquence directe de la surpêche dans le monde. Et, elle se demande ce que fait son ministère pour y remédier. Il octroie des permis à des bateaux de pêche étrangers, leur permettant de pêcher des tonnes de poissons par an dans nos eaux territoriales.

 

L’association Sea Users, considère que Maurice est le pire endroit pour élever des poissons à échelle industrielle, vu sa taille et le fait que l’économie et les loisirs sont en grande partie liés à la mer. Autre argument : les récentes échappées d’ombrines de la ferme marine de Mahébourg, vu le nombre, sont liées aux requins et non au vandalisme. De plus la ferme est très bien surveillée et toute intrusion humaine aurait été décelée. L’association maintient que les cages aquacoles de Grand-Gaube et de Mahébourg attirent d’évidence les requins. Pour prouver le contraire, il faudrait des mois d’études.

 

On soutient que nul ne peut affirmer avec certitude que les fermes d’élevage de poissons dans la mer n’attirent pas les requins ou ne contribuent pas à leur concentration et prolifération dans nos eaux, sans avoir effectué une étude scientifique de leur présence et comportement où les nouveaux sites sont proposés, mais surtout avant que ces sites soient implantés. Étude que les scientifiques appellent étude du ‘Point Zéro’ et qui permet de comparer une situation. Autres points : les déchets organiques tuent les coraux, la politique d’élevage porte préjudice aux pêcheurs, le discours trompeur sur l’impact du projet Growfish dans l’ouest, le risque de pertes d’emplois dans le tourisme (comme à La Réunion avec les attaques de requins), le conflit d’intérêts présumé du ministre Koonjoo dans la mesure où il siège sur le comité Environmental Impact Assessment (EIA) en charge de faire des recommandations au ministère de l’Environnement sur de tels projets et le fait que le gouvernement autorise de nouveaux projets.

 

Enfin, la Sea Users Association estime qu’il faut faire marche arrière. On soutient que notre écosystème marin est très fragile et qu’on ne peut contrôler l’effet domino que de tels projets d’élevage de poissons en mer auraient sur le comportement des requins et autres poissons et sur notre biodiversité marine. Elle demande donc la révocation de la licence EIA de Growfish et de la Ferme de Mahébourg et de ne pas en octroyer de nouvelles à Growfish et Abagold à Bois-des-Amourettes.

 

  • Published in General

Saisie de Rs 18 M d’héroïne : Saravana Goinden, un employé de la Cargo Handling arrêté

 

Saravana Goinden, un employé de la Cargo Handling Corporation, âgé de 37 ans, a été arrêté, dans la soirée de mercredi 18 juillet, après avoir pris possession d’un colis contenant 1,2 kg d’héroïne. Une charge provisoire de trafic de drogue a été retenue contre lui. Il a comparu devant le tribunal de Port-Louis, jeudi 19 juillet.

 

Il faut faire ressortir que c’est à bord du bateau conteneur MSC Jeanne, en provenance de Madagascar que la drogue est arrivée à Maurice. La valeur marchande de celle-ci est estimée à Rs 18 millions. Ce sont les éléments de l’Anti-Drug and Smuggling Unit du Port, qui ont procédé à l’arrestation du trentenaire.

 

  • Published in General

National CSR Foundation : Alain Wong parle de la générosité des Mauriciens, mais …

 

«Les Mauriciens sont généreux, mais il ne faut pas que cette générosité devienne une faiblesse», tels sont les propos du ministre, de l’Intégration sociale, alors qu’il intervenait, lors du lancement des appels à projets de la National CSR Foundation, jeudi après-midi 19 juillet. Il s'exprimait à propos des sinistrés du cyclone Berguitta qui réclament un logement à l’État.

 

Le ministre a déclaré que quand, on sait que les gens font des donations, il faut savoir en profiter. De ce fait, on n’arrive pas à donner aux gens qui sont vraiment dans le besoin. Il a indiqué qu’on doit faire attention afin de ne pas être pris au piège. Il a ajouté qu’aucun sinistré venant des centres ne bénéficiera de traitement de faveur. Il a précisé que ce n’est pas parce qu’ils sont des réfugiés du cyclone qu’ils obtiendront une maison. Il affirme que son ministère considère tout le monde pareil.

 

  • Published in General

Gender Statistics : Les femmes touchent en moyenne Rs 5 500 de moins que les hommes

 

Les femmes sont de plus en plus nombreuses à faire des études supérieures poussées, cependant, ce n’est pas pour autant qu’elles sont mieux loties que les hommes. En effet, selon les derniers chiffres de Gender Statistics, publiés, jeudi 19 juillet, les femmes touchaient en moyenne Rs 5 500 de moins que les hommes en 2017. Les salaires moyens se situant à Rs 16 800 pour les femmes et Rs 22 300 pour les hommes.

 

Il semble toutefois, que les mentalités évoluent. Le nombre de femmes qui accèdent à des postes de direction au sein de la fonction publique a augmenté. Il est passé de 20 % en 1997, à 37 % l’année dernière. Ce qui montre une tendance à la hausse encourageante. D’ailleurs, Maurice a gagné une place au Global Gender Gap Index (GGI) du World Economic Forum entre 2016 et 2017. Le pays se situe à la 112e place sur 144 pays. Le GGI évalue les progrès réalisés par le pays pour réduire le fossé entre les hommes et les femmes en termes de participation et de perspectives économiques, d'émancipation politique, d'accès à l'éducation et la santé. Sur le dernier point, il reste encore beaucoup à faire.

 

  • Published in General

Sucre : le Joint Negotiating Panel menace un soulèvement si le rapport est implémenté

 

Face à la presse, jeudi 19 juillet, le Joint Negotiating Panel (JNP), qui regroupe les syndicats de l’industrie cannière, n’en démord pas depuis qu’il a pris connaissance des conclusions et recommandations du Joint Technical Report. Selon les syndicats, le patronat a voulu induire le Premier ministre en erreur en présentant des chiffres erronés. On avance que si le rapport est implémenté, on menace de faire un soulèvement.

 

Le JNP considère que le Joint Technical Committee est en réalité un Joint Technical Conspiracy visant à anéantir les travailleurs de l’industrie sucrière et prendre les Rs 6 milliards puisés des fonds publics. Ashok Subron soutient que la majorité des artisans sont partis sous la Voluntary Retirement Scheme. Il a ajouté que ceux, qui sont restés, travaillent dur, mais au lieu de les récompenser, on les pénalise. Il déplore que dans le rapport, il est dit que le Labour Cost a augmenté de plus de 60 % depuis 2010. Or, selon lui, la révision n’a été que de 15,06 % pour les artisans et 12,64 % pour les laboureurs en 18 ans.

 

Il faut dire que les syndicats du JNP soutiennent que la vision 2030 de sir Anerood Jugnauth était de créer de l’emploi, mais aujourd’hui on met des gens dehors. Pourtant, selon eux, on avait eu l’engagement formel du ministre Seeruttun qu’on ne pas toucher au droit acquis des travailleurs. Ashok Subron soutient qu’aujourd’hui le Joint Technical Report dit qu’on doit licencier des travailleurs. Il a conclu pour dire que personnellement, après toutes ces années au sein des syndicats, il n’a jamais vu de telles manipulations.

 

  • Published in General

Maritime Air Squadron : Mario Nobin se dit satisfait de l’évolution de cette unité

 

«L’un des plus grands défis est de retracer les trafiquants de drogue, qui utilisent la voie maritime», c’est ce qu’a déclaré Mario Nobin, mardi 17 juillet, au Chaland. Le commissaire de police participait au 28e anniversaire de la Maritime Air Squadron (MAS), une des unités de la National Coast Guard. Il se dit satisfait de l’évolution de cette unité, qui a augmenté ses capacités opérationnelles ainsi que ses ressources pendant ses 28 années d'existence.

 

Le commissaire de police a souligné que le MAS est une force, qui est prête pour protéger notre domaine maritime. Il a expliqué que le MAS permet la connectivité, la collaboration et les opérations entre Maurice, Rodrigues et Agalega. À une question de la presse, Mario Nobin a répondu que la force policière a vraiment besoin d’équipements pour l'aider à déceler la drogue synthétique chez un consommateur. Il dit qu’un conducteur qui est sous l’influence de la drogue synthétique est testé négatif à l’éthylotest. Raison pour laquelle on a besoin d’équipement afin d’identifier la drogue.

 

Mario Nobin estime que la lutte contre la criminalité repose sur trois piliers : la famille, la société civile et la force policière. Il indique qu’il faut que ces trois piliers conjuguent leurs efforts pour endiguer les fléaux de la société. Car les délinquants sont des personnes indisciplinées et dans cette optique, la force policière va au-delà de son mandat pour effectuer un 'social outreach programme', c'est-à-dire un travail de rattrapage afin de responsabiliser les jeunes et leur inculquer des valeurs.

 

  • Published in General
Subscribe to this RSS feed

Mauritius

Banner 468 x 60 px