Saint-Paul, Phoenix : arrestation de Patrick Assirvaden et Cader Sayed-Hossen…

 

« On fait confiance en la justice », affirme le président du Parti travailliste (PTr), Patrick Assirvaden, qui a été arrêtés puis relâchés sur parole, dans l’après-midi mercredi 17 avril, avec l'ex-ministre travailliste, Cader Sayed-Hossen. Ils comparaîtront devant la justice, ce jeudi, et ce, à la suite d’une manifestation qui s’est déroulée, mardi soir 16 avril, à Saint-Paul, Phoenix.

 

Pour rappel, des habitants étaient descendus dans les rues pour manifester leur colère, car des eaux usées remplies d’excréments avaient inondé la rue principale. Patrick Assirvaden a déclaré à sa sortie du poste de police de Curepipe que Cader et lui ont subi deux heures d’interrogatoire. Il a expliqué qu’ils ont été témoins à Saint-Paul Paul d’un drame humain où les habitants de l’endroit doivent vivre dans un environnement insalubre alors qu’on parle de métro et de New York City. Il a ajouté que ce pays et cette ville de Phoenix-Saint-Paul connaît actuellement un mauvais sort. Le président du PTr a également précisé qu’ils essayaient de chercher une solution pour les habitants de Saint-Paul, mardi soir. Il est d’avis que son collègue et lui n’ont rien fait de mal.

 

Cader Sayed-Hossen, a, pour sa part, indiqué qu’il était de leur devoir en tant que politicien du parti travailliste, travaillant dans la circonscription numéro 15, de montrer leur solidarité avec ceux qui sont en difficulté. Shakeel Mohamed, chef de file du Parti travailliste et représentant légal de Patrick Assirvaden et Cader Sayed-Hossen, a déclaré, de son côté, qu’il n’y a aucune offense et aucune preuve à l’encontre de ses clients pour avoir participé à un rassemblement illégal. Selon lui, c’est une vendetta politique. L’avocat a ajouté que Patrick Assirvaden et Cader Sayed-Hossen travaillent activement dans la circonscription numéro 15 et cela a affecté celui qui a baptisé Phoenix de New York City.

 

Par ailleurs, sans que cette prochaine comparution en cour ne les perturbe dans leur engagement sur le terrain, nous apprenons que Patrick Assirvaden et Cader Sayed-Hossen se sont à nouveau déplacés à Saint-Paul, mercredi soir.

 

  • Published in General

Complexe sportif de Côte d'Or : Pravind Jugnauth affirme qu’en principe il sera prêt pour la 10e édition des JIOI

 

Le Premier ministre, Pravind Jugnauth a effectué une visite sur le chantier du complexe sportif de Côte d'Or des lieux, mercredi 17 avril, soit à 93 jours du coup d’envoi de la 10e édition des Jeux des Îles de l'Océan Indien, qui se tiendront à Maurice. Premier constat : les travaux avancent…

 

Le Premier ministre s’est dit ainsi impressionné par le travail abattu jusqu’à présent, soit 75 % des travaux ont été complétés à ce jour. Interrogé sur les travaux, le Premier ministre devait déclarer qu’avec les explications qu’il a reçues, le complexe sportif de Côte d’Or devrait en principe être prêt pour les jeux. Le chef du gouvernement dit aussi espérer que le temps jouera en leur faveur. Il dit prier qu’on a le beau temps afin qu’on puisse compléter les travaux à temps. Pour rappel, lors d’une conférence de presse, le jeudi 11 avril dernier, le Comité d’organisation des Jeux (COJI) avait donné la garantie qu’une partie du multisports-arena de Côte d’Or sera prête pour la tenue des compétitions de natation et de judo.

 

Par ailleurs, Pravind Jugnauth a aussi affirmé que le gouvernement met les bouchées doubles pour ce projet. Il soutient qu’à différent degré, les travaux avancent. Il a ajouté qu’il y a un ‘monitoring’ qui se fasse tous les jours. On doit donc mettre les bouchées doubles pour qu’on puisse compléter les travaux à temps. Il dit que ce complexe sportif deviendra un véritable bijou. Il rappelle que c’est dans la vision du gouvernement car, on veut créer un secteur pour les activités sportives. Le chef du gouvernement estime que ce complexe sportif peut être rentabilisé à l’avenir. Il soutient qu’on investit beaucoup d’argent dans ce complexe et il ne sera pas juste pour les mauriciens. Il dit qu’on veut les étrangers viennent pour se servir de ces infrastructures-là. Le Premier ministre parle aussi de vision à long terme. Cela, dit-il, va donner un véritable ‘boost’ au secteur sportif.

 

  • Published in General

Metro Express : jusqu’ici 500 demandes reçues pour 10 postes de responsabilité

 

Au moins 1 100 Mauriciens ont soumis leurs Curriculum Vitae pour les 200 postes à pourvoir depuis que les appels à candidatures ont été lancés en juin 2018 par la Metro Express Ltd. La direction de Metro Express Ltd attend d’autres candidatures jusqu’à la fin du mois d’avril.

 

Il faut dire que l’objectif est d’avoir un personnel qualifié pour le lancement du Metro Express en septembre. Les postulants ont montré un plus grand intérêt pour les postes de directeurs et de responsables de département. Au moins 500 personnes ont postulé pour les 10 postes de responsabilité. Les autres postes à pourvoir sont : chauffeurs de train, contrôleurs, stewards chargés du confort des passagers, agents de sécurité et ceux liés à la maintenance du métro, entre autres. Pour ces postes, 600 candidatures ont été reçues, au mardi 16 avril. Dass Mootanah, le CEO de la compagnie, se réjouit de l’intérêt des Mauriciens pour travailler pour le métro. Il explique que les choses se passent bien et qu’on fait beaucoup de progrès en ce qui concerne le recrutement.

 

Dass Mootanah confie qu’à ce stade, seulement six ou sept responsables pour différents départements ont été sélectionnés. Les autres directeurs seront choisis ultérieurement. En revanche, les employés qui travailleront dans les trains seront choisis après le mercredi 24 avril, date limite pour la réception des candidatures. Par ailleurs, la compagnie chinoise ELIS Infotech Systems Co. Ltd de Shanghai a été choisie par Larsen & Toubro pour gérer l’Electronic Ticketing System (ETS), car un ‘Cashless System’ est privilégié. Cette compagnie est spécialisée dans le design, le développement et la fourniture de système de collection automatique d’argent dans le secteur du transport.

 

Entre-temps, la Metro Express Ltd a demandé aux banques mauriciennes, qui souhaitent prendre part au projet à faire part de leurs intérêts. Elles ont été invitées à venir de l’avant avec un plan pour faciliter les paiements liés à l’ETS et aux distributeurs de tickets de métro. Une source proche du dossier explique qu’un client devrait pouvoir payer son ticket avec sa carte bancaire sur les distributeurs. Une réunion pour discuter des modalités est prévue avec les banques intéressées.

 

  • Published in General

Affaire Navin Ramgoolam : l’État donne la réplique en dressant la liste de devises retrouvées dans les coffres-fort

 

En marge du procès en réclamation de Rs 225 millions de dommages réclamées par le leader du Parti travailliste, Navin Ramgoolam qui avait adressé une liste de 26 questions à l’État, ce dernier lui a donné la réplique, mardi 16 avril.

 

Mardi 16 avril, la plainte pour dommages, logée par Navin Ramgoolam, a été appelée devant la Deputy Master and Registrar, Ratna Seetohul-Toolsee. L’ancien Premier ministre réclame Rs 225 millions de dommages conjointement à l’État, au Commissaire de police (CP) Mario Nobin et à l’Assistant-Commissaire de police (ACP) Heman Jangi. Dans sa plainte, l’ancien PM relate les difficultés auxquelles il fait face depuis qu’il a été arrêté pour la première fois, le 6 février 2015, par le Central Criminal Investigation Department (CCID). Cela, après la perquisition de ses résidences à la rue Desforges et à River Walk et la saisie de ses biens, dont les coffres-forts contenant des devises d’un montant total de Rs 220 millions. Il ajoute avoir été arrêté à plusieurs reprises par la suite.

 

C’est ainsi que l’État a déposé les 26 réponses aux questions de Navin Ramgoolam, mardi 16 avril. Cela dans un document signé par Me Verna Nirsimloo, Chief State Attorney. Celle-ci représente les défendeurs (l’État, le CP Mario Nobin et l’ACP Heman Jangi) dans l’affaire. Celle-ci a été ajournée au 28 mai. L’État a détaillé les devises dans un tableau indicatif. Le leader du PTr voulait aussi savoir où sont retenues les sommes d’argent saisies, les deux valises ainsi que les coffres-forts emportés de sa résidence. L’État a répondu que les questions relatives, sont sous la forme d’un interrogatoire. Une réponse similaire a été fournie à la question de Navin Ramgoolam pour avoir les détails de l’enquête de police sur ses six portables saisis.

 

Navin Ramgoolam cherchait aussi des détails sur les différentes demandes d’entraide judiciaire (Mutual Legal Assistance) entreprises par la police pour identifier la source des devises étrangères saisies en sa résidence. Dans le document déposé en Cour suprême, l’État avance que les demandes, émanant de l’autorité centrale de Maurice, sont des communications privilégiées avec des États étrangers et ne peuvent être divulguées. Quant à la requête de Navin Ramgoolam pour avoir des documents attestant de la carrière sans tache du CP Mario Nobin et de l’ACP Heman Jangi, y compris un certificat de moralité, l’État a répondu que ladite demande est injustifiée et ne servirait à rien dans l’affaire présente.

 

  • Published in General

Immigration Amendment Bill : Pravind Jugnauth affirme que beaucoup de Mauriciens ont été dupés par des personnes sans scrupules

 

« Beaucoup de Mauriciens ont été dupés par des personnes sans scrupules afin de jouir des privilèges à Maurice ». C’est un des arguments mis en avant par le Premier ministre et ministre des Finances, Pravind Jugnauth, mardi 16 avril, à l’Assemblée nationale. Il présentait l’Immigration (Amendment) Bill. Selon lui, il est devenu une pratique courante, qu’après quatre ans de mariage, les étrangers ayant épousé des Mauriciennes peuvent postuler pour la citoyenneté mauricienne.

 

Il faut faire ressortir que sans s’attarder sur les raisons qui l’ont mené à présenter en urgence les amendements à la loi sur l’immigration, le Premier ministre a précisé que le gouvernement ne peut se permettre de rester insensible à une telle question. Lors de son intervention, également, il a tenu à préciser que le gouvernement mauricien ne s’oppose pas aux mariages contractés avec les étrangers. Mais en revanche, il ne peut tolérer des mariages avec des personnes ayant commis des délits, qui sont impliquées dans le trafic de drogue ou dans des activités de terrorisme. Il a fait ressortir qu’il reconnait que le mariage relève du domaine du privé, l’intimité du mariage à des implications sur le public. De ce fait, il a ajouté que des actions sont nécessaires, afin de protéger le bien-être des personnes susceptibles d’être la proie d’individus malintentionnés.

 

En sus, en ce qu’il s’agit des amendements qui seront apportés touchant les personnes souffrant de handicaps, Pravind Jugnauth est d’avis que le gouvernement ne peut se permettre de rester insensible ou complaisant vis-à-vis d’une telle discrimination.

 

Le Premier ministre a ajouté qu’il compte s’attaquer à d’autres législations qui ont trait à la question de l’immigration, notamment la Deportation Act. Il fait observer qu’on compte adopter une approche globale.

 

  • Published in General

L’Immigration Amendment Bill voté sans amendements

 

Malgré les craintes de l’opposition, le gouvernement n’a pas fléchi et l’Immigration Amendment Bill a été voté sans amendements, aux petites heures du matin de mercredi 17 avril. Les parlementaires ont exprimé leurs points de vue sur cette loi, jusqu’à environ 3 heures du matin, sans s’endormir.

 

Le Premier ministre Pravind Jugnauth est catégorique. Il soutient que ces amendements visent à protéger les citoyens. Pour se justifier, il se demande que si le tireur de Christchurch s’était marié à Maurice, combien de temps aurait-il fallu pour le déporter. De toute façon, il estime que lorsqu’une ‘notice’ est envoyée, les criminels ne vont pas écouter. Cependant, il avance que d’autres amendements seront apportés à l’avenir. Fazila Jeewa-Daureeawoo, vice-Première ministre, a, elle, mis l’accent sur la moralité publique pour défendre ce projet de loi. Quant au ministre du Tourisme, Anil Gayan, il a dit que cette loi n’empêche pas les gens de se marier, rajoutant que dans tous les pays, il y a des lois régulant les permis de résidence. Il indique que même lui, lorsqu’il s’était rendu à la Réunion, les autorités lui ont demandé une assurance au ministère. Son collège à la Sécurité sociale, Etienne Sinatambou, a lui fait savoir que toutes les provisions peuvent être contestées en Cour suprême.

 

À noter que les arguments des membres de la majorité ont été entrecoupés par l’opposition. Pour Shakeel Mohamed, ces amendements sont anti-démocratiques et l’empressement du gouvernement démontre qu’il y a un agenda caché. Selon le chef de file du PTr, les lois actuelles sont assez solides pour protéger le pays contre les terroristes ou autres personnes qui ont eu des démêlés avec la justice. Il dit que s’il y a une décision au sujet des époux étrangers, une révision judiciaire prendra des années. Arvin Boolell a, lui, fait savoir qu’il espère que Pravind Jugnauth retrouve ses esprits, car le projet de loi crée une peur. Aurore Perraud a, elle, voulu savoir pourquoi ces amendements sont présentés en urgence. Pour le député du MMM Reza Uteem, il avance qu’il suffit d’avoir des informations pour rendre une personne indésirable et cela peut entraîner des abus alors qu’Alan Ganoo estime lui que cette loi est une sanction et non une décision administrative.

 

  • Published in General

Grosses averses : selon le FAREI, il n’y a pas d’impact direct sur les plantations de culture

 

Le Food and Agricultural Research and Extension Institute (FAREI) a déclaré, mardi 16 avril, sur les ondes d’une Radio privée, que les récentes averses n’ont pas impacté les plantations de culture du pays. Son Chief Executive Officer, Ganeshan Seelavarn, a affirmé que les dernières pluies ont été bénéfiques pour les plantations.

 

Le CEO de la FAREI, Ganeshan Seelavarn soutient que les grosses averses sont tombées dans le nord, plus particulièrement à Fond-du-Sac, et cela n’a pas trop affecté les plantations de légumes. Il avance que dans le centre du pays, on a constaté que les plantations de légumes n’ont aussi pas été affectées. Il considère qu’en général, les plantations de légumes n’ont pas été affectées. Il dit que les légumes se trouvant sur les étals des marches avaient été récoltés depuis une semaine avant. Il dit que les pommes d’amour et les carottes ont été récoltées depuis deux à trois jours avant. Les propos tenus viennent notamment contredire ce qu’avait déclaré la Small Planters Association, lundi 15 avril, sur les ondes de cette même Radio privée. Son secrétaire générale, Kreepalloo Sunghoon, avait pour rappel, soutenu que le prix des légumes va connaître une hausse pouvant aller jusqu’à 15 % dans les jours à venir dans le sillage des fortes intempéries qui ont dernièrement frappé le pays dans certaines régions.

 

  • Published in General

Avec l’Immigration Amendment Bill : le pilote belge, Hofman risque de se trouver face à un nouvel obstacle

 

Il y a polémique autour du cas du pilote belge, Patrick Hofman. En effet, lui qui a vu sa demande pour contracter un mariage civil avec sa compagne de longue date, Isabelle l’Olive, refusée par le bureau du Premier ministre (PMO), risque de se trouver face à un nouvel obstacle dans les jours à venir avec l’Immigration Amendment Bill, qui a été présenté au Parlement, mardi 16 avril.

 

Certains jugent ce texte de loi comme allant à l’encontre des droits humains et qualifié d’anticonstitutionnel, est perçu par les proches du pilote comme un autre moyen du PMO de ne pas lui octroyer de permis de résidence. Une rencontre est prévue avec les officiers de l’état civil, le vendredi 26 avril. En cas de refus des autorités, le pilote compte bien saisir le juge en référé pour aller jusqu’au bout de sa demande. Le cas du pilote Patrick Hofman, dont le permis de résidence avait été retiré par le PMO, le 7 octobre 2017, est jusqu’à présent le seul à s’être vu refuser par l’État après l’avis du PMO, bien que le pilote dispose de tous ses documents.

 

Or, une loi qui octroie des pouvoirs discrétionnaires considérables au Premier ministre pour décider selon les informations que lui donneraient les services de renseignements, ou même ceux de sa ‘petite cuisine’ d’accorder le statut de résident soulève des interrogations. Et ce, à quelques jours d’une rencontre entre le pilote et les autorités concernées. Lors de cette rencontre, prévue dans une dizaine de jours, le pilote sera accompagné de ses hommes de loi, et le pilote compte bien tenir tête à toute tentative des autorités de le priver de ses droits légitimes. En cas de nouveau refus, le pilote pourrait bien saisir un juge en référé pour trancher sur cette affaire.

 

Les hommes de loi de Patrick Hofman se demandent si une telle loi va à l’encontre de la déclaration des droits humains et est anticonstitutionnelle. Ils demandent aussi de ce que se passerait si les pays où vivent des Mauriciens commençaient à passer ce genre de lois. Rappelons que le PMO avait refusé d’accéder à la demande du pilote, percevant cette démarche comme une tentative d’obtenir la nationalité mauricienne à travers un mariage. Or, pour rappel, Patrick Hofman n’avait obtenu son divorce (en octobre 2018) qu’après 13 ans de procédures en cour à Maurice. Aussi, le 26 décembre, sa compagne et lui avaient décidé de faire leur demande de mariage civil auprès de l’état civil, et ce après 12 ans et 10 mois de vie commune.

 

Conformément à la loi pour la publication des bans en vue du mariage civil entre une citoyenne mauricienne et un étranger, le couple soumet ainsi 11 documents, dont le certificat de capacité de mariage et le visa de mariage émis par le bureau de l’immigration. Cependant, dans une lettre adressée aux concernés, l’état civil fait part de sa décision de ne pas accorder son aval pour cette union, faisant ainsi suite à une objection de la Home Affairs Division du PMO. Bien que le couple dispose de tous les documents nécessaires, il se heurte au refus du PMO pour accéder sans aucune justification appropriée à cette demande.

 

 

 

  • Published in General

Air Mauritius : la route Maurice-Amsterdam ne sera plus desservie

 

Il n’y aura plus de vols vers Amsterdam à partir du samedi 26 octobre. En effet, la collaboration entre Air Mauritius et KLM Royal Dutch Airlines a été suspendue. L’information a été publiée sur le site de la compagnie d’aviation néerlandaise, depuis lundi 15 avril.

 

Il faut faire ressortir que la collaboration aura duré un an. Depuis le lundi 26 mars 2018, Air Mauritius opère deux vols par semaine à Amsterdam en collaboration avec la KLM Royal Dutch Airlines. Lorsque cette route a été lancée, il était prévu qu’un troisième vol soit rajouté pendant la haute saison, mais tout ne s’est pas passé comme prévu. Lundi 15 avril, KLM Royal Dutch Airlines a annoncé que la collaboration entre les deux compagnies prendra fin à la fin de la saison, soit le dimanche 27 octobre 2019. Les passagers qui ont déjà leurs billets pourront ainsi voyager jusqu’au samedi 26 octobre. Après cette date, les voyageurs seront remboursés ou dirigés vers d’autres vols. KLM Royal Dutch Airlines a fait ressortir que les passagers ne seront pas lourdement affectés, car Air Mauritius a une collaboration de longue date avec Air France et la destination d’Amsterdam reste accessible via l’aéroport de Paris Charles de Gaulle.

 

 

 

  • Published in General

Coordination Committee : trouver un accord sur le type de tribunal à mettre en place

 

Jack Bizlall et le père Véder épauleront Clency Harmon sur le Coordination Committee en compagnie des représentants du gouvernement suite à une lettre déposée au bureau de Dev Manraj, Secrétaire financier au ministère des Finances. Il révèle les noms des membres du comité de soutien qui siègeront sur le Coordination Committee en compagnie des représentants du gouvernement.

 

Il faut dire que suite à l’accord intervenu entre Clency Harmon et le gouvernement afin qu’il suspende sa grève de la faim, les négociations devraient bientôt débuter pour trouver un accord sur le type de tribunal à mettre en place. Une instance pour se pencher sur les cas d’expropriations de terres au détriment des descendants d’esclaves. Il est aussi question de la mise sur pied d’un ‘special fund’ pour d’éventuelles compensations. Ces questions seront débattues au niveau du Coordination Committee qui sera présidé par Dev Manraj.

 

À noter que Jack Bizlall, l’un des membres choisis par le comité de soutien à Clency Harmon pour siéger sur le Coordination Committee, reconnaît que le problème ne sera pas facile à résoudre, mais qu’il est possible de le faire en l’abordant avec intelligence. Selon lui, le Chef juge aura un grand rôle à jouer dans cette affaire surtout en ce qu’il s’agit de la jurisprudence et du type de tribunal à mettre en place. Pour rappel, Clency Harmon avait entamé une grève de la faim il y a une vingtaine de jours, car il ne voyait pas venir l’institution d’une Land Court ou d’un Land Tribunal comme l’avait promis le gouvernement en place dans son manifeste électoral. Il devait aussi y avoir un comité interministériel pour se pencher sur le dossier des cas de terres spoliées au détriment de descendants d’esclaves ou de coolies. Une recommandation faite par la Commission Justice et Vérité dans son rapport publié en 2011.

 

  • Published in General
Subscribe to this RSS feed

Mauritius

Banner 468 x 60 px