Circonscription no 7 : les élections partielles fixées pour le 13 novembre

 

Le suspense est terminé. En effet, les élections partielles dans la circonscription no 7, Piton/Rivière-du-Rempart, ont été fixées, au mercredi 13 novembre 2019. Le Premier ministre et leader du MSM, Pravind Jugnauth, a, en effet, recommandé au président de la République par intérim, Barlen Vyapoory, d’émettre le ‘writ’ pour l’élection partielle au no 7.

 

À noter que le document portant le sceau de la présidence de la République comporte la date du Nomination Day, le Polling Day aussi bien que le nom du Returning Officer désigné pour assurer le bon déroulement de ce scrutin partiel. Cette élection fait suite à la démission de Vishnu Lutchmeenaraidoo, comme ministre et député, le jeudi 21 mars. Dès l’émission du Writ des élections, le samedi 17 août, un délai maximal de 60 jours est imposé au Commissaire électoral pour désigner le Nomination Day. Celui-ci sera suivi de l’organisation de l’élection partielle par la Commission électorale disposant, elle, d’un maximum de 90 jours pour cela. Ce qui au final résulte à un total de 240 jours. En parallèle, étant donné la dissolution automatique de l’Assemblée nationale, le samedi 21 décembre, des élections générales doivent être organisées au plus tard, le mercredi 20 mai de l’année prochaine.

 

  • Published in General

Partielle au no 7 : Irfan Rahman affirme qu’ils seront entre 500 et 600 fonctionnaires mobilisés…

 

Ils seront entre 500 et 600 fonctionnaires mobilisés pour la tenue de l'élection partielle dans la circonscription no. 7 (Piton/Rivière-du-Rempart), prévue de se tenir, le mercredi 13 novembre 2019. Tels sont les propos du commissaire électoral, Irfan Rahman.

 

Le commissaire électoral a fait cette déclaration, en fin d'après-midi de mardi 18 juin, soit une demi-heure après l’officialisation de l'émission du ‘writ of election’. Irfan Rahman se trouvait à la State House où une rencontre entre des représentants des commissions électorales des pays de la région et le président de la République par intérim, Barlen Vyapooree, était programmée. Par ailleurs, une dizaine de fonctionnaires seront également mobilisés par l'exercice de dépôt de candidatures, fixé au samedi 17 août 2019. Le Returning Officer de cette élection partielle sera Mooneeswur Seegobind Maha Rana Pratapsingh Seetaram, Principal State Counsel.

 

À noter que cette élection partielle doit avoir lieu après la démission de Vishnu Lutchmeenaraidoo, comme ministre des Affaires étrangères et député de la circonscription no. 7, qui est survenue, le jeudi 21 mars dernier.

 

  • Published in General

Économie bleue : Prem Koonjoo donne la réplique à l’opposition…

 

« 25 000 emplois directs et indirects ont été créés dans l’économie océanique », c’est qu’a affirmé le ministre de l’Économie océanique, Prem Koonjoo, à l’Assemblée nationale, mardi 18 juin. Il répondait ainsi, aux critiques de l’opposition, concernant le peu de projets et de création d’emplois dans le secteur de l’économie bleue.

 

Prem Koonjoo a indiqué que 25 000 emplois directs et indirects ont été créés depuis 2015, allant des recrutements sur les bateaux de croisière, aux usines du secteur du ‘seafood’. Il a également mis l’accent sur l’aquaculture et les différentes mesures pour la pêche artisanale. Le ministre a affirmé que l’économie océanique est en train d’émerger comme un nouveau pilier de l’économie. Il a cité en exemple les mesures pour encourager les énergies renouvelables à partir de ressources marines et la biotechnologie marine, entre autres. Par ailleurs, il a avancé que des 7 092 emplois dans ce secteur en 2017, on compte 5 871 sur les bateaux de croisière. Dans le secteur de la transformation, il explique qu’il y a quatre emplois indirects créés pour chaque deux emploi direct. Il a ajouté que les progrès dans le secteur de la pêche se confirment avec les chiffres du bureau des statistiques.

 

Le ministre a par ailleurs indiqué qu’en dépit des conditions économiques difficiles, le secteur du ‘seafood’ a enregistré une croissance de 6,3% en 2018. Il dit que les exportations, elles, ont connu une hausse de 20%. Le ministre a aussi expliqué que la production locale a connu une progression pendant trois années consécutives, passant de 12 652 tonnes en 2015 à 29 255 tonnes en 2018. Il a ainsi déclaré que la pêche artisanale demeure importante pour le gouvernement, car elle assure la sécurité alimentaire et contribue à l’allégement de la pauvreté.

 

 

 

  • Published in General

People Facilitation Bill : Pravind Jugnauth concède que ce projet prendra le temps nécessaire étant complexe

 

Quand le Premier ministre, Pravind Jugnauth avait annoncé un People Facilitation Bill, dans son discours sur le budget 2017-2018, c’était pour éviter les tracasseries administratives à la population. Cependant, lors de la Prime Minister’s Question Time (PMQT), de mardi 18 juin, le député du PMSD, Patrice Armance, a voulu savoir où en est ce projet de loi.

 

C’est ainsi que Pravind Jugnauth a souligné en réponse que la préparation d'un projet de loi aussi complexe prendra le temps nécessaire. Il soutient que jusqu'à présent, les contributions de quelque 55 organisations avaient été reçues et qu'elles sont cours d’analyse par une équipe de la Citizen Support Unit. Le chef du gouvernement a indiqué que les citoyens seront par la suite invités à soumettre leurs points de vue et suggestions sur les dites propositions qui serviront de base à la préparation du projet de loi sur le People Facilitation Bill. Pour rappel, depuis son lancement, le 28 avril 2017, la CSU a reçu quelque 85 000 plaintes, dont notamment 82% ont été résolues.

 

  • Published in General

Point of Order : Shakeel Mohamed réclame l’intervention de la Speaker, Maya Hanoomanjee

 

« I find no merit in the Point of Order raised by Shakeel Mohamed », c’est ce qu’a declaré la Speaker de l’Assemblée nationale, Maya Hanoomanjee, mardi 18 juin. Il faut dire que de retour après avoir purgé sa suspension de trois séances, le député du Parti travailliste (PTr) a soulevé un Point of Order après la séance de la Private Notice Question, lundi 17 juin 2019. Il déplore les propos tenus à son égard par le Premier ministre par intérim Ivan Collendavelloo, le mardi 21 mai dernier.

 

Lors de la séance parlementaire du lundi 17 juin, Shakeel Mohamed a déclaré que « I believe clearly in violation of Standing Order 40 Paragraph 3 ». Le député du PTr a exprimé le souhait que la Speaker Maya Hanoomanjee intervienne pour demander à Ivan Collendavelloo de retirer les propos qu’il a tenus à son égard, le mardi 21 mai. Il soutient qu’il lui a envoyé une Advance Notice, même si ce n’est pas une obligation d’après le Standing Order. C’était pour qu’elle a le temps de vérifier les propos dont il allait faire mention, lundi 17 juin. Il avance que l’honorable membre a ‘seriously impute motives’ à son égard. C’est pour cette raison qu’il dit réclamer l’intervention de la Speaker.

 

À noter que dans son ruling, Maya Hanoomanjee a d’abord remercié le député rouge pour son Advance Notice. Elle affirme que cela lui a donné l'occasion de vérifier l’Hansard. Elle dit que l’atmosphère était tendue et il y a eu des échanges au sein de l’hémicycle. Elle dit qu’elle a vérifié les propos tenus et qu’elle a trouvé qu’il n’y a aucun mérite à donner au Point of Order soulevé. Pour rappel, le 21 mai, alors qu’il faisait un summing-up du The United Nations (Financial Prohibitions, Arms Embargo and Travel Ban) Sanctions Bill, Ivan Collendavelloo avait fait une déclaration à l’encontre de Shakeel Mohamed après que ce dernier ait été expulsé. Il avait notamment laissé entendre que le député rouge ‘talks nonsense’ et qu’il est ‘ridiculous’. Il a accusé Shakeel Mohamed de vouloir ‘protect certain persons’ s’il parvenait au pouvoir, précisant que ce serait pour cette raison que celui-ci s’opposait à ce projet de loi.

 

Shakeel Mohamed n’est pas satisfait de la décision de la Speaker Maya Hanoomanjee. Il le lui a fait savoir en lui envoyant une lettre, dans la journée du lundi 17 juin. S’appuyant sur le Standing Order 41 (4), le chef de file du PTr demande à la présidente de la Chambre de revoir sa décision. Il a logé une motion en ce sens.

 

 

 

  • Published in General

Agression à Quatre-Bornes : pas de caution pour le moment pour Hansley Panchoo

 

Le suspect, Hansley Panchoo devra encore patienter avant de recouvrer la liberté. En effet, le Senior District Magistrate, Navish Jheelan, de la Bail and Remand Court, a rejeté sa demande de remise en liberté conditionnelle, lundi 17 juin. Hansley Panchoo est provisoirement accusé de meurtre. Il aurait participé au passage à tabac d’Antish Auckloo, le 12 septembre 2018, en bande, à Quatre-Bornes.

 

Il faut dire que le magistrat s'est aligné avec les objections de la police. Celle-ci estime que le suspect peut ingérer avec des témoins qui auraient vu le suspect en train de tabasser à mort la victime à Quatre-Bornes. L'enquêteur principal de la police a également avancé que le suspect peut s'enfuir, étant donné qu'il risque une lourde peine d'emprisonnement en vertu de l'article 216 du code pénal s'il est reconnu coupable. Troisième point évoqué par la police : il est très possible que Hansley Panchoo peut manipuler les preuves, voire l'arme qui avait été utilisée pour poignarder la victime.

 

L'enquêteur a aussi indiqué que le suspect peut cacher l'arme et on en a besoin pour effectuer un test ADN afin de déterminer qui l'avait utilisée au sein du groupe pour commettre le crime. De ce fait, le magistrat estime que le suspect doit rester en détention. Le magistrat Navish Jheelan note que ‘the nature of evidence is reasonably strong although it appears that there is no conclusive evidence of the intention of applicant when committing the illegal act’.

 

  • Published in General

Cour suprême : Whitedot accepte de rembourser Rs 7,3 M à quatre victimes

 

Le couple Seevathian de Beau-Bassin, Deoranee Uppiah de Curepipe et Viyayanteemala Constance de Pailles, sont les quatre personnes, qui ont obtenu un jugement devant la Cour suprême, lundi 17 juin 2019, contre la compagnie Whitedot International Consultancy Ltd. Cela, en vue de se faire rembourser leurs investissements.

 

Il faut faire ressortir qu’à l’appel de l’affaire devant le chef juge Eddy Balancy, l’avocat représentant la compagnie, Nabil Kaufid, a soutenu qu’un arrangement a été trouvé avec les plaignants. Whitedot a accepté de rembourser une somme de Rs 7 350 000 aux victimes. Soit le montant global qu’ils ont investi tous les quatre. L’offre a été acceptée par les victimes. L’arrangement a été converti en un jugement de la Cour suprême. Les quatre plaignants ont logé chacun une plainte dans laquelle ils relatent avoir investi des sommes d’argent dans la compagnie en question et qui avait pour directeur général, Bheemal Bissessur. Le couple Seevathian a déclaré avoir, le 4 février 2013 et le 22 mars 2013, investi la somme de Rs 2 750 000. Cela contre la promesse d’un retour intéressant sur ses investissements. Toutefois, ils n’ont rien reçu du genre et aussi n’ont pas récupéré le montant investi.

 

De son côté, Deoranee Uppiah a déclaré, avoir investi Rs 2 600 000, le 14 octobre 2012. Alors que Viyayanteemala Constance a avancé, dans sa plainte, avoir investi Rs 2 millions, le 29 novembre 2012. N’ayant rien reçu, ils ont logé une action en Cour suprême contre la compagnie Whitedot International Consultancy Ltd. Ils étaient représentés par Me Viren Ramchurn et Candhayalallsing Seebaluck, Senior Attorney.

 

  • Published in General

Selon Reaz Chuttoo, les récents licenciements coïncident avec l’annonce de l’introduction du Portable Retirement Gratuity Fund

 

Il y a eu une cinquantaine de licenciements, qui ont été rapportés, au ministère du Travail, en une semaine. Pour Reaz Chuttoo de la Confédération des travailleurs des secteurs public et privé (CTSP), ces licenciements coïncident avec l’annonce de l’introduction du Portable Retirement Gratuity Fund. Le syndicaliste intervenait sur les ondes de Radio privée, mardi après-midi 18 juin.

 

Le syndicaliste a expliqué que c’est une stratégie des directeurs d’entreprises de mettre à la porte des employés sans avoir à payer de compensation pour leurs années de service au sein de l’entreprise avant l’introduction du Portable Retirement Gratuity Fund. Reaz Chuttoo a déclaré qu’on demande au ministère concerné d’intervenir. Il faut sévir contre ces employeurs. Il dit que ce n’est pas possible que des employés, qui comptent plus de 30 ans de service, sont licenciés de la sorte.

  • Published in General

Collectivités locales : l’élection des nouveaux maires fixée du 26 au 28 juin

 

C’est confirmé, les nouveaux maires et leurs adjoints seront élus la semaine prochaine. Ainsi, la course pour le fauteuil mairal dans les villes de Beau-Bassin-Rose-Hill, Curepipe, Quatre-Bornes, Port-Louis et Vacoas-Phoenix, est officiellement lancée.

 

C’est les conseillers de Port-Louis qui se lanceront en premier le mercredi 26 juin, à 16 heures et les mairies de Curepipe et de Beau-Bassin–Rose-Hill clôtureront l’exercice, le vendredi 28 juin, de 16 heures à 18 heures. Au départ, ces élections auraient dû avoir lieu, entre le mercredi 19 et le samedi 22 juin, mais les séances parlementaires dédiées aux débats et dotations budgétaires ont motivé un report. À quelques jours de ces élections, les tractations vont bon train. L’heure est au bilan et les favoris se positionnent d’ores et déjà pour accéder au titre de premier magistrat de la ville. Comme c’était le cas en 2017, le Muvman Liberater (ML) et le Mouvement socialiste militant entament une série de négociations pour finaliser la liste des candidats. D’après des renseignements glanés, de différentes sources, il est fort probable qu’il y ait un statu quo général dans au moins trois villes.

 

En revanche, à Quatre-Bornes, la compétition s’annonce la plus rude. La maire Soolekha Jepaul Raddhoa est à l’affût d’un second mandat, mais trois jeunes noms sont pressentis pour lui succéder. Le traitement du dossier Metro Express pèsera particulièrement dans la balance lors du choix des conseillers. À Beau-Bassin–Rose-Hill, le maire Ken Fong du ML est en voie d’acquérir un troisième mandat d’affilée. Le Parti mauricien social-démocrate (PMSD) souhaite, pour sa part, notamment régner à nouveau à la mairie de Curepipe. Nathalie Gopee se repositionnera pour le titre de premier magistrat de la ville. On se dirige vers un statu quo quasi certain à Port-Louis et à Vacoas-Phoenix avec la réélection de Daniel Laurent et Farhad Dowlut respectivement. Toutefois, des réunions avec le Premier ministre auront lieu sous peu pour finaliser la liste des candidats.

 

  • Published in General

Metro express : Nando Bodha dit compter sur les autobus électriques comme des ‘feeder buses’

 

L’usage des autobus électriques comme ‘feeder buses’ pour desservir le réseau du métro est à l’étude. En effet, ce réseau nécessitera 60 ‘feeder busses’ et le ministre Nando Bodha a confirmé qu’il compte sur les autobus électriques pour assurer ces services. Il participait, lundi 17 juin, au lancement de nouveaux bus électriques importés par la compagnie RHT. Au niveau du ministère du Transport, on attend les conclusions des essais sur les véhicules avant de se prononcer définitivement.

 

À noter que les ‘feeders’ seront requis pour les zones : Beau-Bassin, Rose-Hill, Quatre-Bornes et Port-Louis. Pour la zone Beau-Bassin/Rose-Hill, le contrat a été alloué à la compagnie RHT, et pour celle de Quatre-Bornes/Rose-Hill et Vacoas, c’est la Compagnie Nationale de Transport (CNT) qui a remporté le marché. De son côté, la firme United Bus Service (UBS) aura à sa charge le déploiement du trafic de ‘Feeder Buses’ dans la région de Port-Louis et de Curepipe. Par ailleurs, la première rame du Metro Express débarquera très prochainement dans le pays par voie maritime, et sera à Maurice d’ici quelques jours.

 

Le prix d’un autobus électrique de 52 places est de Rs 9 millions. Le ministre a déclaré qu’on sait que Rose-Hill Transport (RHT) a commandé des autobus électriques et il se peut que le prix tourne autour de Rs 4 millions. Si c’est le cas, le gouvernement travaillera sur un mode de subvention et un système de leasing. Rs 100 millions ont été d’ailleurs, allouées par l'Etat à la compagnie RHT sous forme d’aide financière pour l’achat des premiers ‘Feeder Buses’ de l’île dans le cadre du projet Metro Express. Pour sa part, le Chief Executive Officer de RHT, le Dr Sidarth Sharma, confirme que la compagnie a importé deux autobus électriques avec un système de recharge photovoltaïque. Il soutient qu’on veut réduire notre taux d’émission et qu’on a importé ces deux véhicules pour être testés sur nos routes.

 

Depuis la semaine dernière, Amandan Serumaga, représentante du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), à Maurice, a confirmé que les experts du PNUD travaillent avec le gouvernement mauricien. L’introduction et l’implémentation des autobus électriques devraient se faire en ligne avec un système d’alimentation à l’énergie solaire. L’installation de panneaux photovoltaïques se fera dans les dépôts de la National Transport Corporation (NTC) avant que les autobus ne soient en circulation. La recharge des batteries des autobus ne doit en aucun cas dépendre du réseau du Central Electricity Board (CEB).

 

  • Published in General
Subscribe to this RSS feed

Mauritius

Banner 468 x 60 px