Abus sur mineur : La police recherche activement quatre individus dans le Sud

 

Quatre suspects dont l’oncle de la victime impliqués dans des relations sur une mineure de 15 ans, sont recherchés par la police. L’adolescente avait disparu un soir. Mercredi 19 septembre, c’est accompagné d’un officier de la Child Development Unit et de sa mère qu’elle les a dénoncés. Les faits se seraient produits entre 2017 et septembre de cette année.

 

L’adolescente a relaté en détail les rencontres qu’elle a eues ces derniers mois aux policiers. Elle explique avoir fait la connaissance d’un jeune homme sur Facebook. Le mardi 18 septembre, elle est allée le rejoindre sur la plage de Blue-Bay pour y passer la journée. Puis, elle s’est rendue à son domicile à L’Escalier et y a passé la nuit. Elle a admis avoir eu des rapports sexuels avec cet individu. Les révélations de l’adolescente ne s’arrêteront pas là. Elle ajoute que l’an dernier (elle ne se rappelle plus ni de la date, ni du jour) elle a eu des rapports à plusieurs reprises avec son oncle, un habitant de l’Ouest. Elle a aussi dénoncé un troisième homme, qui l’aurait emmenée en voiture sur la plage de La Cambuse et a donné libre cours à ses pulsions.

 

En ce qui concerne le quatrième individu, elle l’aurait rencontré cette année. Il l’a emmenée dans un bungalow à Blue-Bay, et cela à plusieurs reprises, pour avoir des rapports sexuels. Elle a donné les noms de ces partenaires aux policiers, ainsi que leur adresse. La mineure a été examinée par un médecin. Les quatre individus sont activement recherchés. Ils devront s’expliquer et seront inculpés pour ‘sexual intercourse with specified person’.

 

Meurtre de Benazir Gheesa : le suspect Dhunsoo de retour sur le lieu du crime

 

Le suspect, Mithileshwarsingh Dhunsoo a participé à une reconstitution des faits, jeudi 20 septembre, à Les Mariannes. Ce mécanicien, âgé de 28 ans, a raconté aux enquêteurs les circonstances dans lesquelles une dispute a éclaté entre lui et Benazir Gheesa, jeudi 13 septembre. Il a soutenu que la jeune enseignante de 25 ans ne voulait pas entamer une relation amoureuse avec lui et c’est la raison pour laquelle il l’a étranglée.

 

À noter que lors de cet exercice, Mithileshwarsingh Dhunsoo a également indiqué l’endroit précis où il s’est débarrassé du corps de la jeune fille dans un ravin. Il a, par la suite, tenter de mettre fin à ses jours. Cette affaire remonte au jeudi 13 septembre, lorsque les proches de Sarah Benazir Gheesa ont signalé sa disparition. Le lendemain, le corps de la jeune femme avait été retrouvé à proximité d’une rivière à Les Mariannes. Si dans un premier temps il a nié les faits qui lui sont reprochés, Mithileshwarsingh Dhunsoo a fini par avouer le meurtre. L’enquête est menée par les inspecteurs Jugoo et Ramjheetun et la Major Crime Investigation Team (MCIT) sous la supervision de l’ASP Gerard.

 

Faux-passeport : Ramanaidu Koil Pillai, un Malaisien appréhendé par les services des douanes à l’aéroport

 

Un ressortissant malaisien a été appréhendé avec un faux passeport par les services des douanes à l’aéroport de Plaisance, dimanche 16 septembre. L’allure louche de Ramanaidu Koil Pillai, arrivé sur un vol d’Emirates, transitant par Dubaï, a éveillé les soupçons des officiers de la douane, qui ont effectué une fouille de ses bagages. Ce cas éveille les soupçons d’un trafic international.

 

À noter que le passeport découvert à l’intérieur portait le même nom que celui qu’il avait présenté aux officiers, mais arborait la photo d’une autre personne avec des références différentes, comme la date de naissance et la date de délivrance du passeport. Le Malaisien, âgé de 53 ans, a été conduit au bureau de l’Immigration pour s’expliquer.

 

Ramanaidu Koil Pillai a indiqué aux officiers de ce bureau qu’un dénommé Sivam, en Malaisie, lui aurait remis le faux document. Il devait, à son tour, remettre ce passeport à une tierce personne, dont il dit ne pas connaître l’identité. Soupçonnant un trafic international de passeports, le bureau du Passport and Immigration Office a sollicité l’aide d’Interpol pour cette enquête.

 

La Cuvette : Kailash Awotar, un policier de la SMF et son ami arrêtés avec du gandia

 

Kailash Awotar, un officier de la Special Mobile Force (SMF), âgé de 23 ans, et son ami Marie Louise Benjamin Emeric, un habitant de Rivière-du-Rempart, âgé de 28 ans, ont été arrêtés, alors qu’ils se trouvaient sur l’aire de stationnement de la plage de La Cuvette, samedi 15 septembre. Le policier qui habite Roche-Noires et son ami, un électricien de profession, ont été retrouvés en possession de gandia. Après leur comparution en cour, les deux hommes ont été libérés sous caution. Ils ont comparu devant la Bail and Remand Court, dimanche 16 septembre.

 

L’officier de la SMF a déclaré aux enquêteurs qu’ils ont commis une erreur et qu’ils demandent d’être pardonné. Son ami a, lui, soutenu qu’ils fumaient une cigarette bourrée avec du gandia. En effet, lors d’une fouille dans le véhicule à bord duquel se trouvaient les deux jeunes hommes, une cigarette roulée à la main a été saisie. Celle-ci contenait une certaine quantité de tabac mélangé à des feuilles vertes soupçonnées d’être du cannabis.

 

Trou-aux-Biches : Deux femmes surprises en pleins ébats dans un salon de massage

 

Deux jeunes femmes ont été surprises en plein ébats dans un salon de massage se trouvant à Trou-aux-Biches, vendredi 14 septembre, lors d’une descente policière. Elles ont été placées en détention et ont comparu devant la Bail and Remand Court, samedi 15 septembre.

 

La gérante, une habitante de Melle Jeanne, Goodlands, âgée de 43 ans, est actuellement recherchée. Elle est provisoirement accusée de ‘managing a brothel et de trafficking in persons’. D’après des renseignements glanés, elle a été admise dans une clinique après avoir fait un malaise, dans le sillage de la descente policière. Il faut faire ressortir qu’ayant eu vent des choses pas très nettes qui s’y déroulaient, l’équipe de l’Emergency Response Service s’est rendue à Coastal Road, Trou-aux-Biches, là où se situe le Nisha Vanity Beauty Parlour. Le spectacle était de toute beauté. Lorsque les policiers ont enfoncé la porte, ils ont trouvé deux jeunes femmes, âgées de 26 ans et de 32 ans, habitant Goodlands et Cassis, en plein ébats, dans deux chambres. Elles ont été arrêtées et sont accusées ‘d’assisting in brothel keeping’.

 

Une fois conduites au poste de police de Piton, elles sont passées aux aveux. Elles ont expliqué qu’elles ont l’habitude de proposer un ‘petit plus’ à leurs clients. Deux d’entre eux, âgés de 24 ans et 27 ans, habitant Pamplemousses et Notre-Dame respectivement, ont été relâchés après avoir été entendus. Ils ont confié qu’ils se sont rendus au salon pour un massage et que les deux femmes leur ont proposé d’avoir des relations sexuelles.

 

Rébellion à la prison de Melrose, un gardien agressé…

 

Il y a eu une rébellion à l’Eastern High Security Prison de Melrose en fin de semaine. Les gardiens ont eu fort à faire et deux détenus rebelles : Jean Daniel Selmour, 40 ans, et Donovan Léopold, 28 ans, ont été transférés à La Bastille. Ils sont accusés de s’être rebellés, mercredi 12 et jeudi 13 septembre.

 

Jean Daniel Selmour a menacé un gardien avec une arme tranchante, alors que Donovan Léopold a endommagé la serrure de sa cellule. Il devrait faire l’objet de poursuites pour ‘damaging Government property’. Les dégâts sont estimés à Rs 70 000. Des plaintes ont été consignées au poste de police de Montagne-Blanche. Selon les faits qui eurent lieu dans l’après-midi du jeudi 13 septembre, à l’heure de l’ouverture des cellules, Donovan Léopold a tenté d’endommager une partie de la porte de sa cellule. Le poignet a été endommagé de sorte que la porte n’a pu se refermer. Ce détenu, habitant Grand-Baie, a été condamné pour des délits de drogue, le vendredi 6 juillet 2018. Il avait été transféré à la prison de Melrose après avoir passé six jours à la prison de Beau-Bassin.

 

Alors que Donovan Léopold s’en prenait à la porte de sa cellule, le bruit a alerté les gardiens qui ont accouru sur les lieux. Le détenu a été ramené à la raison et placé en isolement dans une autre cellule pendant quelques heures avant d’être transféré à la prison de La Bastille à Phoenix. En ce qui concerne Jean Daniel Selmour, il est accusé d’avoir agressé un Principal Prison Officer dans la journée du mercredi 12 septembre. Il avait refusé d’obéir aux instructions du gardien et cela a donné lieu à une prise de bec. Le détenu s’en est alors pris physiquement au gardien. Il a fallu l’intervention d’autres gardiens pour ramener le calme. Il y a environ trois ans, soit le 15 octobre 2015, Jean Daniel Selmour avait agressé un gardien de prison à l’aide d’un morceau d’assiette en métal. Cet homme a été condamné à 20 ans de prison pour vol avec violence et viol.

 

Jean Daniel Selmour, habitant de Roche-Bois, avait aussi saisi une perche, utilisée dans la salle médicale de la prison pour accrocher les perfusions, pour menacer les gardiens qui s’apprêtaient à ramener le calme. Ce détenu est qualifié comme un individu facilement perturbé par la présence d'une foule et les excès de violence. Un haut cadre de la prison explique que tout détenu qui ne respecte pas les ordres est puni. Il risque d’être transféré en isolement et d’être privé de certains privilèges.

 

À Baie-du-Cap : un autre cas d’agression enregistré contre des policiers

 

Deux policiers ont été agressés à Baie-du-Cap, dans la soirée du jeudi 13 septembre. C’est le cas de le dire après les incidents de Goodlands, dimanche 9 septembre.

 

Selon la police, les faits sont les suivants : les constables Bhujhun et Jeewan sont mandés sur les lieux vers 19h30, car deux hommes semaient le trouble dans la rue. Le constable Bhujhun est descendu du véhicule pour essayer de calmer les deux individus qui proféraient des injures aux passants. C’est alors qu’il a été agressé à coups de tesson au visage par l’un d’eux pendant que le deuxième lui a infligé un violent coup de pied au bras gauche. Son collègue, le caporal Jeewan, tente alors de lui porter secours, mais il reçoit à son tour un coup de pied et un coup de poing à l’épaule droite. Les deux suspects sont recherchés par la police. Les policiers ont reçu des soins à l’hôpital.

 

Pointe-aux-Sables : Jean Christophe Thierry Sheik Amode Hossen, un cuisinier arrêté avec Rs 3 millions d’amphétamine

 

Jean Christophe Thierry Sheik Amode Hossen a été appréhendé à l’issue d’une descente des éléments de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) de Rose-Hill, à morcellement Rey, Pointe-aux-Sables. Ce cuisinier, âgé de 30 ans, était en possession de cent soixante-huit sachets en plastique contenant de l’amphétamine, soit un total de 213 grammes. La valeur marchande de cette drogue est estimée à Rs 3 millions. Au cours de ce raid de l’ADSU de la division Ouest, ces policiers ont également saisi la somme de Rs 137 000 soupçonnée de provenir de la vente de la drogue. Ainsi qu’une balance électronique qui aurait été utilisée pour la peser.

Mauritius

Banner 468 x 60 px