updated 7:39 PM UTC, Nov 18, 2019

Déclaration des avoirs : Paul Bérenger déplore l’urgence avec laquelle cet amendement arrive

 

Le leader du Mouvement militant mauricien (MMM), Paul Bérenger est favorable à ce que le judiciaire ne soit pas redevable à l’Independent Commission Against Corruption (ICAC). L’amendement au Declaration of Assets Acts et le projet de loi sur le financement des partis politiques ont longuement retenu l’attention de Paul Bérenger, lors d’une conférence de presse, au Hennessy Park Hôtel, à Ébène, samedi 29 juin.

 

Évoquant tout d’abord la déclaration des avoirs, le leader des mauves a expliqué que le précédent amendement déjà soumis au Parlement, a été retiré. Il dit qu’on recommence à zéro et il a déploré l’urgence avec laquelle cet amendement arrive. Il soutient qu’il a été soumis, le vendredi 28 juin, et sera examiné, mardi 2 juillet. Il estime que le judiciaire n’aura pas à soumettre un rapport à l’ICAC. Il affirme que c’est une bonne chose et il a rappelé que le MMM avait proposé deux amendements. L’un d’eux a été retenu, mais il dit qu’il n’est pas sûr que ce soit dans une forme acceptable. Cela concerne les trusts, qui jusque-là n’étaient pas couverts par cette loi.

 

En ce qui concerne la deuxième proposition, elle concerne l’accès du public aux déclarations des avoirs. Paul Bérenger dit qu’on demande que ce soit inscrit dans la loi, que l’ICAC devra mettre en ligne les déclarations des avoirs des ministres et députés. Autre projet de loi à venir : celui concernant le financement des partis politiques, mais ce n’est pas pour le mardi 2 juillet. Le leader du MMM a rappelé que cet amendement à la Constitution requiert une majorité de trois-quarts. Il dit que le gouvernement n’a pas cette majorité et qu’on verra quelle position il va adopter vis-à-vis de l’opposition. Avant de demander que soit rendu public les commentaires du commissaire électoral sur l’amendement proposé.

 

À propos de la motion de Shakeel Mohamed, député travailliste, demandant une révision d’un ruling du Speaker. Cela après les, allégations bien graves du Deputy Prime minister, Ivan Collendavelloo contre Shakeel Mohamed, Paul Bérenger a affirmé que définitivement le ruling du Speaker était mauvais. Il dit qu’au niveau de son parti, on va discuter cela pour décider si on va participer aux débats. Abordant le thème des élections des maires, Paul Bérenger a trouvé inacceptable la façon de faire. C’est-à-dire de, convoquer les maires et leurs adjoints au Sun Trust et d’imposer la décision. Pour ce qui est du projet d’incinérateur à Riche Terre, Paul Bérenger a indiqué que le MMM sympathise avec les habitants, mais la situation est confuse.

 

Par ailleurs, s’agissant des élections partielles au No. 7, le leader du MMM a déploré qu’il n’y a rien dans le Budget 2019/2020. Il dit constater qu’il n’y a rien non plus sur le terrain, dans la circonscription de Piton/Rivière du Rempart. A part une réunion du MSM prévue pour le vendredi 5 juillet. Il avance qu’en vérité, personne ne croit plus qu’il y aura des élections partielles. Au sujet des Rs 18 milliards de la Banque de Maurice, Paul Bérenger a estimé que la situation n’est pas claire. Dans le discours du Budget, Pravind Jugnauth a dit une chose, dans son summing up, il en a dit une autre. Selon lui, c’est une bonne chose que le Premier ministre ait affirmé que ce sera le board de la banque de Maurice qui décidera de l’utilisation des réserves. Cependant, il indique que de plus en plus, ce board agit comme un ‘rubber stamp’ pour le gouvernement. Il a ajouté qu’il sera intéressant de voir quel ‘wording’ sera utilisé pour l’amendement proposé, au BOM Act. Pour Paul Bérenger, ce dossier est venu mauvais pour l’imager de la Banque de Maurice et du centre financier.