updated 7:39 PM UTC, Nov 18, 2019

Projet d’incinérateur à Riche-Terre : des zones d’ombre autour de cette construction…

 

L’incinérateur de déchets à Riche-Terre divise le gouvernement. En effet, des représentants des habitants ont rencontré des ministres et députés de la majorité. Ceux-ci expriment leurs divergences, d’autant qu’ils notent des zones d’ombre autour de cette construction. Véolia Recycling and Environmental Services (Mauritius) Ltd, de son côté, dit ne pas faire de politique.

 

Depuis peu, la contestation du projet d’incinérateur de déchets prend une nouvelle tournure. Les forces vives de Baie-du-Tombeau ne lâchent pas prise dans leur opposition au projet d’incinérateur de déchets dans leur région. Ils sont montés au créneau en sollicitant une rencontre avec des politiques. Une réunion s’est ainsi tenue, jeudi 27 juin, entre plusieurs membres du gouvernement et les représentants des protestataires dans le bureau du ministre de l’Intégration sociale, Alain Wong. D’après des renseignements glanés, le ministre du Travail et député de la région, Soodesh Callichurn, ainsi que Bashir Jahangeer, député de Rivière-des-Anguilles-Souillac, étaient présents.

 

En revanche, Bashir Jahangeer exprime des réserves sur le projet de Veolia Recycling and Environmental Services (Mauritius) Ltd. Le député qui compte une longue expérience de tels projets, ayant participé à l’installation d’incinérateurs dans le passé soutient qu’il y a une totale obscurité sur le projet. Jusqu’ici, on n’a pas eu tous les détails. Il se demande si cet incinérateur ne causera pas de pollution dans la région, d’autant qu’il se trouvera dans une zone résidentielle. Il nous indique également que selon ses informations, la société ne détient pas de permis d’Environmental Impact Assessment (EIA).

 

Par ailleurs, un conseiller de district de Pamplemousses avance que la compagnie ne dispose pas non plus d’un Building and Land Permit. Avec la prise de position de certains membres du gouvernement, les délibérations pourraient être difficiles au Conseil des ministres. Car, il nous revient que la polémique entourant l’incinérateur devrait y être abordée. On se demande si la plus haute instance du pays prendra position contre ce projet. Dans les milieux proches, on estime que cette possibilité est totalement plausible. Gregory Ng, un des représentants des forces vives, qui a assisté à la réunion de jeudi 27 juin, explique que les craintes des habitants ont bien été prises en considération. Il dit que les élus ont prêté une oreille attentive à nos doléances et il avance que le gouvernement n’est pas resté insensible aux nombreuses doléances des habitants. Il faudra, cependant, attendre après le Conseil des ministres pour connaître les retombées des discussions.

 

D’après nos recoupements d’informations, il semble que des membres du gouvernement ne devraient pas tarder à exprimer leur désaccord en public et ainsi, se joindre au combat. Selon ceux qui contestent le projet, la demande du permis EIA de Veolia, dont la date pour y faire opposition était fixée au jeudi 20 juin, ne permettait pas de savoir si les normes de fonctionnement de l’incinérateur à déchets prévu à Riche-Terre, garantiront une protection à 100 % de la pollution de l’air et de la contamination des sols et aquifères. Gregory Ng a expliqué qu’on a soumis les arguments ainsi que ceux des entreprises de la région. Il dit qu’on attend maintenant un retour des autorités pour décider de la marche à suivre.

 

Il faut dire que depuis l’annonce de ce projet, le vent de protestation a même touché des localités telles que Terre-Rouge et Roche-Bois. Le principal argument : l’impact sur l’environnement et la santé de tous. Ce dimanche 30 juin, un grand rassemblement est prévu sur le terrain de football du Morcellement Swan, toujours à Baie-du-Tombeau, sans compter une réunion quotidienne entre plusieurs protestataires. Outre les habitants directement concernés, le père Jean Maurice Labour, vicaire général, s’est joint à la cause. Il a lancé un appel aux paroissiens pour venir en masse, dimanche. Une pétition, recueillant plus de 5 300 signatures, a déjà été envoyée au ministère de l’Environnement et un deuxième rapport sur les risques d’un tel projet dans une zone hautement résidentielle a été envoyé au même ministère, mardi.

 

À noter que le conseil de district de Pamplemousses dément avoir donné de permis à Veolia Le terrain a été nettoyé et une clôture érigée, mais le conseil de district de Pamplemousses met les points sur les i. Le président, Sunael Purgus avance qu’aucun ‘Building & Land Use Permit’ n’a été octroyé à Veolia à ce jour par le conseil de district. D’ajouter qu’une visite des lieux a été effectuée par des officiers du ministère de l’Environnement, mercredi dernier. Il affirme que Veolia n’a pas l’autorisation de commencer une quelconque construction sur ce site. De ce fait, le conseil de district lui a servi une notice. La compagnie, qui risque une amende, a quelques jours pour s’expliquer aux autorités, cela, par rapport aux travaux qui ont déjà démarré.

 

  • Published in General

Pravind Jugnauth réitère sa détermination à combattre la mafia de la drogue

 

Lors d'une marche de sensibilisation, organisée à Port-Louis, dans le cadre de la Journée Internationale contre l’abus et le trafic de drogue observée, mercredi 26 juin, le Premier ministre, Pravind Kumar Jugnauth, a réitéré sa détermination à combattre la mafia de la drogue.

 

Le chef du gouvernement est revenu sur les saisies de drogue effectuées dans le pays depuis que son gouvernement est en place. Il s’interroge sur le fait que plus de 750 kilo de drogue équivalent à Rs 5.7 milliards roupies ont été saisies. Il se demande si on entendait cela auparavant. Il considère que le fléau de la drogue fait beaucoup de ravages dans la société, surtout parmi les jeunes. Il soutient qu’on y entre dedans, on rentre dans un tourbillon et il n’y a pas de porte de sortie. Il dit qu’il faut l’aide des travailleurs sociaux et des institutions de ministère pour qu’on puisse relever la tête. Il a rappelé les actions prises par le gouvernement afin d’éradiquer ce fléau et éliminer la mafia. Il dit qu’il certaines actions qu’on mène avec les autorités pour combattre la mafia.

 

Pravind Jugnauth a fait comprendre qu’il faut réduire la demande de drogue afin d’éliminer la demande. Il avance que le gouvernement mettra plus d’accent sur le traitement ainsi que la réhabilitation. Il dit que les drogués ont besoin d’aide et de soin. Il dit que ce n’est pas un travail facile. Il indique qu’on change l’attitude qu’il y avait dans le passé quand on les condamne uniquement. Il explique qu’on peut les traiter comme des patients avec des facilités nécessaires. Il a ainsi lancé un appel aux parents, aux éducateurs, ONG et autres institutions afin de poursuivre avec les campagnes de sensibilisation.

 

  • Published in General

Les Rastas sommés de quitter La Rousselière à Chamarel fin juillet 2019

 

L’appel interjeté par l’association Socio Culturelle Rastafari visant à contester un ordre d’éviction émis par le juge des référés, a été rejeté, en Cour suprême, mercredi 26 juin. Du coup, les membres de l’association devront quitter un terrain qu’ils occupaient à La Rousselière, à Chamarel, d’ici fin juillet 2019. Ainsi ont statué les juges Nirmala Devat et Shameem Hamuth-Laulloo.

 

Pour rappel, l’association faisait valoir qu’elle compte des membres dont les ancêtres occupaient ce site depuis 450 ans. La société Case-Noyale Ltée a acheté ce terrain en 2010 et les a sommés de quitter les lieux. Le juge de première instance avait statué que la suggestion de l’association à l’effet que les ancêtres de ses membres ont occupé ce terrain 450 ans est inconcevable. Cela du fait que Maurice n’a connu aucune colonie significative avant les années 1720.

 

  • Published in General

Projet d’hôtel à Pomponette : le promoteur estime qu’il ne pourra honorer l’échéance …

 

Le promoteur de Clear Ocean Hotel and Resorts Ltd a servi une mise en demeure au ministère du Logement et des Terres. En effet, à trois jours de l’échéance pour le début des travaux du projet d’hôtel Sheraton, un 5-étoiles, à St-Felix, le promoteur estime qu’il ne pourra pas honorer l’échéance, du dimanche 30 juin, pour démarrer les travaux. Un retard que Rocky Boodhoo, le directeur local de Clear Ocean Hotel, impute au ministère, qui n’a pas délivré le Planning Clearance.

 

Rocky Boodhoo soutient que le but derrière cette action est de mettre le ministère devant ses responsabilités Il dit qu’on attendait ce Planning Clearance depuis 2017. C’est un document qui est obligatoire afin d’obtenir le Building Permit des autorités locales pour démarrer les travaux. Il dit qu’on impute ce retard au ministère. Entre-temps, le directeur affirme que les dépenses ne cessent d’augmenter, le service de sécurité et la location reviennent à presque Rs 250 000 par mois, les investisseurs veulent voir le début des travaux avant d’injecter de nouveau des fonds dans le projet. Il affirme aussi qu’on fait de grosses pertes avec le retard encouru.

 

À noter que le directeur local de Clear Ocean Hotel balaie d’un revers de main les allégations concernant la crédibilité financière de la compagnie, des allégations émanant des contestataires de ce projet. Il explique qu’on dispose les fonds nécessaires pour aller de l’avant avec ce projet de 12 milliards de roupies et qu’on a également investi 150 millions de roupies dans le projet. Il prend à témoin le Certificate of Current Standing, délivré par le Registrar of Companies, daté du lundi 24 juin 2019, notamment que ‘The company has paid all fees due and payable, is not in receivership or administration, and the Registrar has not initiated any proceedings to remove the company from the register’.

 

En ce qui concerne les loyers impayés s’élevant à Rs 20 139 280, Rocky Boodhoo explique qu’ils ont déjà payé une partie de ce montant. Cependant il soutient qu’on faisait que des pertes avec ce projet. Les investisseurs attendent que le chantier démarre avant d’injecter les fonds. Il insiste qu’on ne peut continuer à payer pour une location si, on n’a aucun revenu. Le directeur local de Clear Ocean Hôtel dit ne pas comprendre pourquoi le ministère tarde autant avec le planning clearance. Il avance que leur EIA est valable, d’autant qu’ils ont demandé qu’on recule le projet de 30 mètres supplémentaire du High-Water Mark. Il explique aussi que le ministère a demandé de laisser l’accès à la plage, libre au public et qu’on a accepté toutes ces demandes.

 

Evoquant sur la possibilité que le bail de 60 ans accordé à sa compagnie soit annulé, Rocky Boodhoo n’a pas souhaité s’exprimer. Il soutient qu’il y aura des recours légaux si le bail est résilié. De son côté, le ministre du Logement et des Terres, Mahen Jhugroo a été interrogé par rapport à la situation délicate concernant ce projet. Il a été sans équivoque disant qu’il ne peut rien dire. Il affirme que Clear Ocean Resort and Hotels Ltd les ont servis une mise en demeure. Selon une source au ministère du Logement et des Terres, il faudra attendre la date du dimanche 30 juin afin de savoir exactement ce qui découlera de cette situation.

 

Pour sa part, le groupe écologiste, Aret Kokin Nou Laplaz (AKNL) persiste et signe, réclamant l’annulation du bail au promoteur de l’hôtel à Pomponette. Les membres d’AKNL demandent au ministre du Logement et des Terres, d’annuler le bail accordé aux promoteurs de Clear Ocean Hotel and Resorts Ltd. Selon AKNL, le promoteur détiendrait un Environmental Impact Assesment Licence non valable, car son EIA Licence est celui du premier projet douteux. Il faut dire que c’est pour cette raison qu’AKNL s’est rendu au ministère du Logement et des Terres, à Ébène, mardi 25 juin pour y déposer une correspondance. Cette lettre adressée au ministre de tutelle, Mahen Jhugroo, avec copie à l’Attorney General, Maneesh Gobin, a pour objectif de demander au ministre concerné de suivre les procédures pour non-respect du Lease Agreement. AKNL demande également à ce que le ministre enclenche les actions pour reproclamer la plage de Pomponette ‘Plage publique’ et de révéler la nature de l’allocation du bail en 2006 par l’ancien gouvernement à la compagnie Midas Acropolis.

 

  • Published in General

Projet Metro Express : Siddharth Sharma donne la réplique à Roshi Bhadain

 

Siddharth Sharma, Chief Executive Officer (CEO) de Rose-Hill Transport Holding Limited, a tenu à donner la réplique à Roshi Bhadain. Ce dernier lui a critiqué, samedi dernier, lors d’un point de presse.

 

Dans un communiqué émis depuis lundi 24 juin, le CEO a d’emblée déclaré que Rose-Hill Transport Ltd a été parmi les premiers opérateurs du secteur des transports publics à saluer l’État pour le Metro Express. Il soutient que c’est une formidable opportunité de repenser tout le secteur du transport public afin de créer une cohabitation intelligente entre tous les usagers de la route. Cependant, il précise qu’avec cette décision, leur Business Model a été perturbé en évoquant trois points, notamment que la première phase s’est installée sur le tracé Rose-Hill-Port-Louis. Il affirme qu’il y a une chute conséquente et exponentielle de leurs parts de marché causant des pertes importantes sur nos résultats opérationnels.

 

Siddharth Sharma soutient que leurs récents bilans démontrent clairement un recul conséquent de leur profitabilité Alors que le leader du Reform Party a allégué que Rose-Hill Transport était le seul soumissionnaire pour le projet Urban Terminal de la Place Margéot, Rose-Hill, le CEO lancera que c’est absolument faux. De son côté, Das Mootanah, CEO de Metro Express Ltd, explique que les autorités collaborent avec les compagnies de transport. Il dit qu’on travaille avec tous les acteurs. Rose-Hill Transport Ltd a compris qu’il faut participer à l’innovation dans ce secteur. Il avance que l’État fait un effort pour les aider et il y a aussi les Feeder Buses. Il a affirmé que loin de jeter l’éponge, les compagnies se sont réinventées.

 

  • Published in General

Les dossiers des patients dorénavant numérisés au New ENT Hospital en juillet

 

Le New ENT Hospital de Vacoas sera opérationnel en juillet et l’E-Health deviendra bientôt une réalité dans le milieu hospitalier mauricien. Ce projet a été, pour rappel, fait à travers le mécanisme Government-to-Government Maurice-Inde. La construction de l’espace moderne a duré environ 15 mois.

 

Ainsi, fini les dossiers et autres ordonnances en papier. Ce sont les membres du personnel du New ENT Hospital de Vacoas qui auront l’occasion de tester l’e-Health avant sa mise en opération dans les autres centres hospitaliers. D’après des renseignements glanés, les membres du département paramédical du nouvel hôpital sont conviés à une formation intensive, depuis jeudi 27 juin, par rapport à la manipulation des logiciels. Une source explique que tous les documents des patients seront dorénavant numérisés et cela facilitera les tâches : recherche de dossiers ou archivage. On explique aussi que le Records Clerk ne distribuera plus de cartes aux patients. Les données seront transmises aux médecins. Celui qui examinera le malade devra transférer le dossier avec les ordonnances au Medical Dispenser pour les médicaments.

 

Toujours d’après des renseignements glanés, le même procédé, s’appliquera aux patients hospitalisés. Le New ENT Hospital a coûté Rs 585 millions. Une ligne de crédit de Rs 500 millions a été obtenue du gouvernement indien pour la réalisation de cet hôpital. L’ancien hôpital construit sous l’ère coloniale ne répondait plus aux normes sanitaires modernes. Le nouvel hôpital comprendra également deux grandes salles d’opération, une salle d’opération mineure, un département d’orthophonie et d’audiologie, deux salles pour femmes et une unité pédiatrique comprenant 30 lits et une pour hommes dotée de 30 lits.

 

  • Published in General

Metro Express : d’importants travaux effectués afin d’améliorer les accès au Phoenix Mall

 

Le Centre Commercial Phoenix Mall se met à l’ère du Metro Express. C’est le cas de le dire car, dans le cadre de la construction du Metro Express entamée par le gouvernement, d’importants travaux pour améliorer les accès au Centre Commercial auront lieu à partir de ce lundi 1er juillet 2019. Le centre commercial restera opérationnel durant la totalité des travaux, qui devraient durer cinq mois et se dérouleront en plusieurs phases afin de maintenir la fluidité du trafic.

 

Selon Sarah Ah-Hong, Asset Manager du centre commercial Phoenix Mall, elle explique à cet effet que les infrastructures du complexe commercial seront repensées pour qu’elles soient en phase avec les changements à venir. Elle soutient qu’on compte travailler au même rythme que les autorités, afin que l’ensemble des chantiers restent cohérents tout au long de leur durée. Dans cette optique, une ligne de communication restera ouverte avec les autorités durant cette période. Une réunion d’information avec les locataires du centre commercial a également été organisée pour les tenir au courant de la teneur des travaux.

 

Par ailleurs, la nouvelle configuration routière a aussi été pensée afin d’améliorer la fluidité du trafic pour les véhicules entrants et sortants du centre commercial. De plus, 100 nouvelles places de parking seront ajoutées, ce qui portera la capacité d’accueil totale de Phoenix Mall à 1090 places. L’arrêt de bus actuel sera également relocalisé dans le but d’en faciliter l’accès.

 

  • Published in General

Saisie de Rs 23,2 M d’héroïne : le MSC Agata toujours interdit à reprendre la mer

 

Les enquêteurs se penchent toujours sur les 1,55 kg d’héroïne, d’une valeur de Rs 23,2 M, saisis à bord du pavillon libérien, le MSC Agata, lundi 24 juin. Le navire est interdit depuis à reprendre la mer.

 

Le cargo qui avait jeté l’ancre à deux milles nautiques de Port-Louis, a été inspecté et fouillé, lundi dernier. Un field test ayant pour but de confirmer la présence d’héroïne s’est révélé positif. L’opération conjointe de la Metropolitan Anti Drug Smuggling Unit (ADSU) Landing Step Division, sous la supervision du sergent Armance, la National Coast Guard et la Customs Anti-Narcotics Section de la Mauritius Revenue Authority, a abouti à la saisie d’un sac contenant 1,55 kg d’héroïne d’une valeur de Rs 23 250 000. Le capitaine ukrainien du bateau devra soumettre un rapport de son trajet en mer. Les caméras à bord seront également analysées. Les membres de l’équipage, eux, ont été interrogés par les officiers de l’ADSU, mais ils ont tous nié être au courant de la présence de la drogue sur le cargo. Ils ont expliqué que plusieurs membres de l’équipage sont sortis pour visiter les environs mais ils ignorent si ces derniers ont pu retourner avec un sac portant le label ‘Ford’. Ils ont été autorisés à partir.

 

Il faut dire que plus d’une vingtaine de personnes de différentes nationalités ont été interrogées. Elles ont été soumises à un prélèvement d’ADN afin que les enquêteurs puissent mettre la main sur le principal suspect. Le Forensic Science Laboratory ne soumettra pas son rapport avant la semaine prochaine. Les limiers de l’ADSU pourront alors faire la lumière sur celui ou ceux qui ont manipulé l’héroïne. Pour rappel, le MSC Agata avait accosté pour la livraison de marchandises le vendredi 21 juin. Une source de l’ADSU estime qu’il y a eu une tentative de récupérer l’héroïne, mais comme il y avait un avis de vent fort, personne ne l’a fait. Les marchandises n’ont été débarquées, que le samedi 22 juin, et le cargo a quitté le port. C’est à partir de là que l’ADSU a eu des renseignements qu’il y avait de la drogue à bord. Il existait une forte possibilité que les suspects allaient récupérer cette drogue au large, la brigade anti-drogue a réussi à faire capoter l’opération à deux milles nautiques du port. L’enquête se poursuit.

 

  • Published in General

Victoria Urban Terminal : Pravind Jugnauth affirme que la vision de son gouvernement ne s’arrête pas à la fin de son mandat

 

Lors du lancement des travaux du Victoria Urban Terminal dont la cérémonie a eu lieu au Caudan, jeudi après-midi 27 juin, le Premier ministre, Pravind Jugnauth, a déclaré qu’il ne faut pas tomber dans les pièges de ceux qui n'ont pas à cœur l’intérêt du pays ni de la population.

 

Pravind Jugnauth a, lors de son discours, cité pour exemple la démolition de la maison d’une famille, domiciliée à La Butte, en 2017, en marge des travaux de démolition pour faire place au projet Metro Express. Il a affirmé qu’il faut tirer des leçons, car certains politiciens véreux avaient profité du malheur et des difficultés des gens pour créer du désordre. Il a une nouvelle fois parlé sur des projets réalisés par son gouvernement. Il dit exprimer sa fierté sur les travaux effectués pour transformer le pays. Il avance qu’il y a beaucoup de projets en chantier et que la vision de son gouvernement ne s’arrête pas à la fin de son mandat. Il dit qu’on a beaucoup de vision pour plusieurs années pour l’avenir du pays. Il a conclu en disant que la transformation de nos pays, à savoir, Maurice, Rodrigues et Agalega, se poursuit.

  • Published in General

Nando Bodha souhaite l’implémentation des ambassades de l’Arabie Saoudite et du Ghana à Maurice

 

Lors de la remise de certificats aux consuls, mercredi 26 juin, le ministre des Infrastructures publiques, Nando Bodha a plaidé pour l’instauration des ambassades de l’Arabie Saoudite et du Ghana à Maurice.

 

Le ministre a évoqué longuement les liens étroits unissant l’Arabie saoudite et Maurice, précisant que ces liens devraient être entretenus. Il estime que l’implémentation d’ambassades de l’Arabie Saoudite et du Ghana à Maurice permettra aux trois pays d’avoir une meilleure visibilité dans la région. Les représentants des ministères des Affaires étrangères de l’Arabie Saoudite, Ahmad bin Abdul-Aziz Muhammad bin Salamah, le Dr Robert Afriyie du Ghana et Dharam Yas Deo Dhuny, le représentant du Sri Lanka ont reçu, mercredi matin, l’Exequatur de la main du ministre des Infrastructures publiques.

 

  • Published in General
Subscribe to this RSS feed