updated 7:39 PM UTC, Nov 18, 2019

Collective Bargaining entre les employés de la CNT et la direction : Reaz Chuttoo réclame des négociations à Nando Bodha

 

La rencontre avec la direction de la Compagnie nationale de transport (CNT), qui s'est tenue il y a une semaine, a été un échec. C’est ainsi que le syndicaliste Reaz Chuttoo demande au ministre Nando Bodha de rouvrir les négociations dans le cadre du Collective Bargaining entre les employés de la CNT et la direction de la compagnie d’autobus.

 

Pour rappel, les employés de la CNT réclamaient une hausse de salaire, mais aucun accord n’a été trouvé entre les deux parties. La direction estime que la situation financière de la compagnie est difficile pour répondre aux attentes de ses salariés. Cependant, cette justification est loin de convaincre les syndicats des employés, qui comptent continuer à se faire entendre sur leur revendication première. Pour sa part, le représentant syndical d’une partie des employés, Reaz Chuttoo est d’avis que les employés n’ont pas le temps pour s’en remettre à la justice. Alors qu’il intervenait sur les ondes d’une Radio privée, mercredi 26 juin, il affirme que soit on enclenche la procédure pour lancer une grève, soit le ministre du Transport et celui du Travail rouvrent les négociations.

 

  • Published in General

Landscope Mauritius : Hanoomanjee demande une révision à la baisse de son salaire de base

 

La Chief Executive Officer (CEO) de Landscope Mauritius(LM), Naila Hanoomanjee a fait une demande pour une baisse de Rs 67 800 sur son salaire alors qu’elle n’a pas accepté le nouveau package salarial, signé du président Gérard Sanspeur, depuis le mois de novembre 2018. C’est à se dire que le froid qui existe entre Gérard Sanspeur et Naila Hanoomanjee au sein de cette instance a atteint un nouveau palier.

 

Il faut faire ressortir que Naila Hanoomanjee demande une révision à la baisse de son salaire de base. Une contre-proposition de la CEO a été présentée à la dernière réunion du conseil d’administration de LM, le jeudi 25 avril. Ce, en l’absence de la principale concernée, qui s’est retirée pour ne pas participer aux délibérations sur ce sujet. La contre-proposition, au préalable étudiée par le Human Ressources and Nomination Committee de LM, le mercredi 17 avril, et qui recommande qu’elle soit approuvée par le board est donc un salaire de base de Rs 260 000 par mois durant la première année au lieu de Rs 286 400, proposé le vendredi 30 novembre. La contre-proposition ne s’arrête pas là. La CEO demande Rs 273 000 par mois durant la deuxième année et, pour finir, Rs 286 650 par mois la troisième année.

 

Ajouté à ceux-là, Naila Hanoomanjee renonce aux allocations mensuelles proposées toujours en novembre. À savoir une allocation chauffeur de Rs 8 400, une autre essence de Rs 13 000 ainsi qu’une Entertainment allowance de Rs 20 000. En bref, à première vue, elle demande une baisse de Rs 67 800 durant la première année, en comparaison à la précédente offre. L’autre modification qu’elle demande par rapport à l’offre, du vendredi 30 novembre, concerne la rupture de son contrat. Elle demande à remplacer l’article y relatif par ‘Landscope may at any time terminate your employment by giving you three months’ notice in writing or by salary in lieu of notice.’ Ce qui est en ligne avec une décision prise précédemment par le board. Sauf que cette contre-proposition n’est pas passée comme une lettre à la poste, lors de ce conseil d’administration. Ce qui donne toute la mesure de l’affrontement entre les deux protagonistes.

 

À noter que le président Gérard Sanspeur n’a pas signé cette offre. Son argument est que le conseil d’administration a approuvé une augmentation salariale du CEO, le vendredi 30 novembre. Une augmentation qu’il a lui-même signée et que, dans ces circonstances, il ne serait pas approprié pour lui de participer aux délibérations à ce sujet, voire de signer toute nouvelle offre salariale. Pour leur part, les autres directeurs du board trouvent qu’il n’y a aucune raison pour laquelle le président devrait s’abstenir des délibérations du conseil d’administration à ce sujet. Une affaire qui a été reportée à plus tard pour d'autres discussions. Le board se réunit à nouveau, jeudi 27 juin.

 

Gérard Sanspeur a simplement affirmé que c’est un cas rarissime, presqu’unique qu’un CEO demande une baisse de son salaire et que le conseil étudie toujours la question. D’autres trouvent même qu’il y aurait une stratégie juridique derrière la contre-proposition de Naila Hanoomanjee. Cette offre s’étale sur trois ans avec un salaire prédéterminé. Donc, en cas de limogeage, elle percevra trois mois de compensation par année de service. Ce qui fait, sur 15 mois, une ‘golden handshake’ de Rs 4,5 millions. Un chiffre qu'on balaie d'un revers de main dans l'entourage de la principale concernée. La proposition de Naila Hanoomanjee, dit-on, comprend au contraire qu'elle n'aura droit qu'à trois mois de son salaire, soit quelque Rs 780 000, si jamais l'on décide de mettre un terme à son contrat.

 

 

 

  • Published in General

Bel Air Agricultural Ltd : une quarantaine d'employés sont sur le pavé

 

Au moins une quarantaine d'employés de Bel Air Agricultural Ltd ont été licenciés, depuis mardi 25 juin. La compagnie parle de situation financière difficile en raison d'une baisse du prix du sucre et de l'augmentation de la masse salariale.

 

Dans un communiqué émis dans la soirée de mardi, Bel Air Agricultural Ltd, évoque des pertes importantes ces cinq dernières années. La compagnie indique que tous les efforts de l’entreprise pour tenter d’amortir les pertes, notamment à travers la diversification de ses activités agricoles, et par ricochet, préserver la sécurité d’emploi de ses salariés n’ont malheureusement pas été fructueux. Face à la situation financière difficile et afin d’assurer la pérennité des activités de l’entreprise, Bel Air Agricultural Ltd n’a d’autre choix que de réduire le nombre de son personnel. La compagnie ajoute que les négociations pour une compensation, basée sur l’ancienneté, avaient démarré l’année dernière suite à la demande des employés pour un départ prématuré à la retraite.

 

Cependant, n’ayant pu trouver un accord commun à l’amiable et les pertes étant toujours en hausse, l’entreprise n’a d’autre alternative que de suivre les dispositions préconisées par la loi pour revoir à la baisse son effectif. Bel Air Agricultural Ltd explique qu'elle reste ouverte au dialogue et rencontrera le représentant des employés, le syndicaliste Lall Dewnath, mercredi 26 juin, pour d’éventuelles discussions autour des barèmes de compensation à être appliqués. À noter qu’une quarantaine d'employés sur une soixante concernée par cette décision ont donc été licenciés.

 

  • Published in General

En phase terminale d’un cancer : Eileen Mamode, une Mauricienne bloquée en Belgique

 

Eileen Mamode, une Mauricienne se retrouve en ce moment bloquée, en Belgique, sans soins ou aide financière. En effet, elle est atteinte d’un cancer en phase terminale.

 

Cette femme de 44 ans, est partie rendre visite à des proches en Belgique, en mars dernier. À son arrivée en Belgique, elle a ressenti une douleur inquiétante à l’épaule. Elle dit qu’elle pensait que c’était parce qu’elle avait porté sa valise. Cependant, en arrivant chez le médecin, elle a appris la nouvelle. Les médecins belges estiment que, vu son état, elle n’est pas en mesure de voyager en avion pour rentrer à Maurice. Bloquée en Belgique, sans mutuelle, mourante et sans soins palliatifs, elle ne peut bénéficier de soins et de traitements, extrêmement coûteux.

 

C’est Brahim, un infirmier bénévole, qui tente tant bien que mal de la soulager et de l’aider. Il dénonce un cas de non-assistance à personne en danger. Il relève que vu la pathologie qui est assez lourde, la gestion de la douleur doit être prise en charge et malheureusement pour l’instant on est nul part. Elle pourrait manifester des douleurs atroces. Il affirme qu’il faut impérativement agir toute suite. Selon ses proches, Eileen Mamode ne peut obtenir ni d’assurances voyages ni de soutien de l’ambassade de Maurice. La famille lance donc un appel à l’aide. Sa sœur, Jessica Boyjoo lancé sur la chaîne RTL Info qu’elle a besoin de tout.

 

  • Published in General

Météo : un autre fort anticyclone prévu ce week-end

 

L’hiver est bien là. En effet, après le fort anticyclone qui a fait circuler des vents forts sur Maurice la semaine dernière, un autre anticyclone de même magnitude est prévu ce week-end. Si la pression en son centre augmente au cours de son déplacement, un avis de vents forts pourrait être émis.

 

Un prévisionniste de la station météorologique de Vacoas explique que cet anticyclone sera presque de la même intensité que l’anticyclone précédent. Il dit qu’on enregistre une pression de 1 032 hectopascals en ce moment. Il se peut qu’elle augmente en se rapprochant de Maurice. Selon lui, l’anticyclone précédent était fort car la pression en son centre était de 1 040 hectopascals. L’anticyclone qui s’approche de Maurice par le sud-ouest prendra la direction de l’est et quittera le territoire mauricien ce dimanche. Toutefois, durant cette période, sous l’effet de cet anticyclone, selon le prévisionniste, le temps sera venteux et une baisse de la température sera ressentie. Avec l’effet des vents forts, la mer sera agitée et les sorties sont déconseillées. Selon la station météorologique, la mer sera agitée à partir de jeudi. Concernant la température, la minimale sera de 16 °C et descendra à 14 °C dimanche. La maximale sera de 26 °C à 27 °C.

 

  • Published in General

Drogue synthétique : La police démantèle un laboratoire clandestin à Résidence Vallijee

 

Depuis plusieurs jours, l’Anti-Robbery Squad avait placé sous surveillance la maison d’Andy Jason Allaghen, âgé de 32 ans, à Résidence Vallijee. En effet, il a été remarqué que plusieurs individus à l’allure louche faisaient des allers-retours chez le trentenaire. C’est ainsi qu’avec l’aide de la CID de Port-Louis sud, l’équipe du sergent Rattinapoulle est passée à l’action, lundi 24 juin, avec un mandat de perquisition. La police a pu ainsi, démanteler un laboratoire clandestin, où est fabriquée de la drogue synthétique.

 

L’équipe du sergent Rattinapoulle a retrouvé dans une pièce de la maison, que le suspect utilisait comme laboratoire, tout un arsenal pour la fabrication de drogue synthétique. Ainsi, la police a mis la main sur 2 g de drogue de synthèse dans un sachet en aluminium, une certaine quantité de poudre de couleur rose dans du papier journal et soupçonnée d’être du raticide, une fiole contenant de la méthadone, un flacon avec du liquide qui serait du vernis à ongles, et un autre récipient avec des herbes inconnues, autres que du cannabis. La police soupçonne que tous ces ingrédients sont utilisés par le suspect pour la fabrication de drogue synthétique.

 

Les policiers ont également mis la main sur des ciseaux, un rouleau de papier en aluminium et du ruban adhésif. Interrogé, Jason Allagen aurait lancé que ces équipements lui appartenaient et que c’est de la drogue synthétique. Il soutient qu’il fabrique lui-même cette drogue qu’il met en vente car, il ne travaille pas. La police a saisi les produits et le suspect a été conduit aux Casernes centrales. Un maçon de 27 ans, qui se trouvait chez le suspect, a lui aussi été interpellé car il n’a pu expliquer sa présence sur ce lieu. Le trentenaire a avoué qu’il a utilisé les produits pour fabriquer de la drogue synthétique. De plus, il a avoué son implication dans trois cas de vol enregistrés à Bain-des-Dames.

 

En effet, le 11 juin, il est entré par effraction chez un sexagénaire de sa localité pour faire main basse sur des outils comme des perceuses et une scie. Le préjudice s’élève à Rs 43 000. Avec l’aide des complices, Jason Allaghen a avoué avoir volé un réservoir d’eau de 500 litres chez un autre sexagénaire près de chez lui le 22 juin; et le 25 mars, il s’est introduit aux Police Quarters de Bell-Village, où il est entré dans la chambre d’un résidant de 19 ans pour voler son cellulaire valant Rs 24 000. Outre les accusations de vol qui seront logées contre le suspect, il sera également poursuivi pour ‘possession of articles in the manufacturing of synthetic cannabinoids’. Les différentes enquêtes sur le trentenaire se déroulent sous la supervision du surintendant Gunga.

 

  • Published in General

Pravind Jugnauth réclame Rs 100 M de dommages à Bhadain et Deerpalsing pour diffamation

 

Dans une plainte, rédigée par l’avouée Me Shamila Sonah-Ori, le Premier ministre, Pravind Jugnauth affirme que les propos tenus par l’ex-ministre Roshi Bhadain sur les ondes d’une radio privée, le mardi 29 janvier 2019, l’ont diffamé. C’est ainsi qu’il a saisi la Cour suprême, depuis lundi 24 juin 2019. Il réclame des dommages de Rs 100 millions à Roshi Bhadain et à Akilesh Deerpalsing pour diffamation.

 

Le chef du gouvernement fait aussi référence, dans sa plainte, à deux articles ayant paru dans deux quotidiens du mardi 29 et mercredi 30 janvier 2019. Articles dans lesquels Akilesh Deerpalsing aurait allégué que le chef du gouvernement serait intervenu dans un processus de recrutement de trois personnes. Pravind Jugnauth affirme, dans sa plainte, que ces articles avaient généré plusieurs commentaires sur les réseaux sociaux. Ces propos ont aussi porté atteinte à son caractère, honneur, crédibilité, intégrité et ont terni sa réputation. Il soutient de ce fait que ces propos lui ont causé préjudice et sont diffamatoires.

 

  • Published in General

Dotations budgétaires : le budget 2019-20 accordé au bureau du ministre mentor passé en revue

 

La somme de Rs 8 milliards a été allouée à la force policière. C’est le cas de le dire après que l’examen en comité des dotations budgétaires de chaque ministère et organismes publics était à l'agenda des travaux parlementaires de mardi 25 juin. C’est ainsi que le budget 2019-20 accordé au bureau du ministre mentor, Sir Anerood Jugnauth, a été passé en revue.

 

Sir Anerood Jugnauth a indiqué que Rs 8 milliards ont été allouées à la force policière et Rs 642 millions ont été votées pour la mise en œuvre dans le cadre du projet Safe City. Cette annonce fait suite à une question du député du PMSD, Adrien Duval. Le ministre mentor a aussi déclaré que cette somme intègre notamment l’achat de 4000 caméras intelligentes, 300 caméras pour le trafic routier, 4500 ‘handsets’ pour les policiers, 315 véhicules équipés et la mise en place d'un ‘response management system’ ainsi que pour des ‘command centres.’ Il a également mis en avant que les coûts annuels pour la maintenance et les opérations du projet Safe City sont évalués à un peu plus Rs 260 millions.

 

Par ailleurs, Rs 55 millions ont été actées pour l’achat d’équipements pour la garde-côte nationale (NCG), le Passeport and Immigration Office et pour différents postes de police. Une somme Rs 95 millions a aussi été votée pour l’achat de 155 véhicules.

 

  • Published in General

Le Bagatelle Dam complètement opérationnel dans trois mois

 

D’ici octobre prochain, le Bagatelle Dam sera complètement opérationnel. Actuellement, quinze stations de traitements mobiles sont en opération. Cependant, selon des sources concordantes, une fois que les travaux seront terminés, 60 000 mètres cube d’eau pourront être traités par jour.

 

À noter que le Bagatelle Dam va desservir plusieurs régions de Port-Louis, notamment Pailles et Camp-Chapelon. La région des basses Plaines-Wilhems, qui comprend entre autres, Rose-Hill, Beau-Bassin et Coromandel, sera également mieux approvisionnement en eau. Par ailleurs, des derniers tests sont effectués avant la mise en opération officielle du réservoir. S’en suivra aussi la vérification des vannes du barrage. Pour rappel, le Bagatelle Dam a une capacité de stockage de 14 millions de mètres cube d’eau.

 

  • Published in General

Propos d’Anil Gayan au Parlement : Shameem Korimbocus demande réparation auprès de la Speaker

 

Shameem Korimbocus a adressé une lettre à la Speaker, Maya Hanoomanjee, pour lui demander réparation. En effet, il n’a pas digéré le fait que le ministre du Tourisme, Anil Gayan porte des accusations contre lui au Parlement, lors de son discours, du vendredi 21 juin dernier.

 

Il faut faire ressortir que dans sa lettre, Shameem Korimbocus rappelle que pour se défendre, Anil Gayan avait affirmé que c’est lui qui avait orchestré la fuite du clip. Ce Mauricien qui réside à Dubaï a précisé que le ministre a « mentionned my Facebook name under my page, Shameem onenonly… ». Dans la foulée, il a fait savoir qu’il n’était pas présent au sein de l’Assemblée pour se défendre. Shameem Korimbocus estime que ces déclarations lui portent préjudice et demande réparation. Par ailleurs, la rédactrice en Chef de Sunday Times a aussi adressé une lettre à Maya Hanoomanjee, car le ministre a aussi accusé le journal dans le cadre de la même affaire.

 

Pour rappel, ce n’est pas la première fois que les députés de la majorité gouvernementale s’attaquent à cet Shameem Korimbocus. En novembre de l’année dernière, suite à une plainte des autorités locales il a été sommé par le ministère des Affaires étrangères de Dubaï de ne plus faire de vidéos contre le gouvernement.

 

  • Published in General
Subscribe to this RSS feed